Congo, Dévolution du pouvoir à son fils : Denis Sassou N’Guesso nie et parle de « légende »


Lecture 2 min.
Le Président sortant du Congo, Denis Sassou N'Guesso
Le Président sortant du Congo, Denis Sassou N'Guesso

Alors qu’il est soupçonné de préparer une dévolution du pouvoir à son fils, le chef de l’Etat du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a dégagé en touche, collant à ces accusations l’étiquette de « légende ».

Le Président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, était l’invité, ce jeudi 7 mai 2020, des journaux RFI et France 24. Abordant la question des prisonniers dits politiques qui croupissent derrière les barreaux, notamment des opposants dont il a été soulevé une possible libération du fait du Covid-19, le chef de l’Etat congolais a indirectement insisté que ces personnes resteront en prison.

Le Congo a en effet libéré plus de 300 prisonniers, « pour la plupart qui ont purgé une très grande partie de leur peine, où à qui il est reproché des délits mineurs », a précisé Denis Sassou N’Guesso, soulignant au passage que ces personnes dont il est ici question de libération « n’ont pas été emprisonnés à cause de la politique, ils sont poursuivis par la justice » congolaise.

Interpellé sur ses intentions supposées de dévolution du pouvoir à son fils, Denis Christel Sassou N’Guesso, le chef de l’Etat congolais, visiblement irrité, a dégagé en touche ces accusations. Mieux, le Président de ce pays d’Afrique Centrale s’est montré discourtois avec la journaliste, qu’elle a invitée à « parler de choses plus sérieuses ». Pour le dirigeant, cela relève de l’imaginaire que de penser qu’il va léguer le pouvoir à son fils.

« Vous me parlez de légende madame », a répondu Denis Sassou N’Guesso, qui indique ainsi qu’il n’est pas inscrit dans son agenda la dévolution monarchique du pouvoir à son fils, Denis Christel Sassou N’Guesso. L’avenir nous en dira plus.

A lire : Coronavirus : début du confinement total au Congo

Avatar photo
Très attaché à l’Afrique Centrale que je suis avec une grande attention. L’Afrique Australe ne me laisse pas indifférent et j’y fais d’ailleurs quelques incursions
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter