Congo, Constitution : le référendum s’est déroulé dans le calme

Le référendum sur la nouvelle Constitution s’est déroulé dans le calme sur l’ensemble du territoire congolais le dimanche 25 octobre 2015. Le scrutin a été diversement suivi selon les quartiers de Brazzaville, et selon la mobilisation a été également inégale selon les régions du pays. Toutefois aucun mot d’ordre émanant de l’opposition congolaise n’a fait obstacle au bon déroulement des opérations de vote.

Les Cassandre ont eu beau dire, la réalité les a démenties. Le référendum organisé au Congo à la suite des très longs débats qui avaient préparé la convocation des électeurs s’est déroulé dans le calme, dimanche 25 octobre 2015. C’est une première victoire du peuple congolais sur tous ceux qui, au Congo ou hors du Congo, avaient tenté de discréditer le scrutin en faisant l’impasse sur toutes les avancées humanistes et démocratiques prévues par la nouvelle Loi fondamentale.

Une preuve de maturité politique

Le référendum est dans la tradition démocratique, depuis l’Antiquité, la consultation directe du peuple sur les choix fondamentaux engageant son avenir collectif. Le principe même du référendum était donc difficilement contestable, s’agissant des dispositions prévues dans la nouvelle Constitution : raccourcissement du mandat présidentiel, introduction du bicéphalisme à la tête de l’Etat, avec la création d’un poste de Premier ministre, introduction de la responsabilité de l’exécutif devant le Parlement, avec la possibilité pour celui-ci de renverser le Premier Ministre en votant la défiance.

Avant même de connaître le résultat du vote, la première victoire que l’on a enregistrée est celle du peuple congolais sur ceux qui voulaient le diviser, ou compromettre le déroulement paisible du scrutin. Preuve de maturité politique, qui augure d’une année électorale riche en débats et en dialogues.

On connaîtra en effet bientôt les règles du jeu applicables à la prochaine élection présidentielle : possibilité ou non pour Denis Sassou N’Guesso de briguer un nouveau mandat, possibilité ou non d’organiser les forces d’opposition à l’intérieur du cadre nouveau que la Constitution, si elle devait être adoptée, fixe à son exercice.

Oui ou non, une nouvelle voie démocratique est tracée

Les conditions d’un débat démocratique ouvert et apaisé, libéré des incertitudes qui pesaient sur son organisation, seront donc bientôt réunies, quel que soit le choix exprimé aujourd’hui par les Congolais. En cas de victoire du « non », qu’aucune force démocratique, même dans l’opposition, n’appelait de ses voeux, et qui est donc l’hypothèse la moins probable, le président sortant sera forcé de s’incliner et le parti majoritaire, le PCT, devra désigner en son sein un autre candidat à la magistrature suprême, qui pourra faire campagne contre une opposition renforcée.

Alors que d’autres pays d’Afrique centrale hésitent sur leur avenir démocratique, voire plongent dans le chaos, Denis Sassou N’Guesso a choisi la voie la plus raisonnable et la plus démocratique pour décider de son propre avenir politique : il l’a remis entre les mains de la nation congolaise. Habilement, il ne l’a pas fait sans contrepartie, puisqu’il propose en même temps une modernisation et une profonde réforme de la gouvernance du pays. Les enjeux du scrutin dépassent ainsi largement sa propre personne et ne se résument pas, comme ce fut le cas ailleurs, à la possibilité pour lui de se représenter. Et l’opposition était donc en mal de refuser, à cette occasion, des évolutions institutionnelles qu’elle appelait souvent de ses voeux… Mais depuis quand l’habileté serait-elle une faute en politique?

En cas de victoire du « oui », qui apparaît à tous les observateurs comme la plus probable, le Congo se verra doté d’institutions rénovées permettant alternance apaisée, voire même cohabitation au sommet de l’Etat, comme les ont connues ou les connaissent actuellement les plus anciennes démocraties du globe, celle des Etats-Unis d’Amérique et celle de la France.

Nul doute que dans les deux cas, il n’y aura qu’un seul vainqueur, le peuple congolais, unis, qui aura prouvé son indépendance contre toutes les pressions visant à l’affaiblir ou à le diviser.