Congo : Au moins 76 morts dans l’accident de train sur le CFCO

Le déraillement du train, survenu dans la nuit de lundi à mardi à Yanga, à 60 km de Pointe-Noire sur le Chemin de fer Congo-océan (CFCO), a causé la mort de 76 passagers. Selon les autorités, 400 à 700 personnes auraient été blessées. La vitesse serait à l’origine de cette catastrophe ferroviaire.

« Soixante-seize personnes ont été tuées dans l’accident de train » qui aurait fait entre 400 et 700 blessés. C’est le bilan provisoire établi par la cellule de crise après le drame ferroviaire qui s’est produit dans la nuit de lundi à mardi sur le Chemin de fer Congo-océan (CFCO), l’axe principal qui relie Brazzaville à Pointe-Noire, les capitales politique et économique du Congo. « Nous avons enregistré un grave accident de train cette nuit aux environs du PK (Point kilométrique) 60 de Pointe-Noire », avait déclaré mardi, selon l’AFP, le directeur général du CFCO, Joseph Sauveur El Bez.

Des causes incertaines

Les causes du drame, qui s’est déroulé à Yanga, à 60 km de Pointe-Noire, n’ont pas encore été définies avec exactitude. Le responsable du CFCO a évoqué un « problème comportemental » du conducteur. Il a toutefois reconnu que l’ampleur de la catastrophe était liée au nombre trop élevé de passagers à bord du train. Le gouvernement congolais, quant à lui, a mis en cause dans un communiqué une « vitesse quelque peu excessive », explication étayée par plusieurs témoins. Les recherches se poursuivent activement et risquent de faire augmenter le bilan humain.

Une voie meurtrière

Ce déraillement est considéré comme la plus grande catastrophe ferroviaire du pays. En septembre 1991, une collision à Mvoungouti, entre un train de marchandises et de passagers, avait déjà coûté la vie à 100 personnes. La construction de ce chemin de fer, dont la vocation est de relier l’intérieur du pays à la mer (Pointe-Noire abrite l’unique port congolais), a également fait de nombreuses victimes sur son chantier durant la période coloniale. Un deuil national de trois jours a été décrété à partir de samedi. Les obsèques nationales auront lieu lundi à Pointe-Noire.