Condamné à rembourser 404 millions d’euros : Bernard, une ruine Tapie dans l’ombre

A la suite de sa condamnation à rembourser 404 millions d’euros (285 millions sans les intérêts), ce jeudi 3 décembre, Bernard Tapie se dit « abattu et ruiné ». Il explique être incapable de payer les sommes dues.

Bernard Tapie, qui a été condamné à restituer 404 millions d’euros au Crédit Lyonnais, se dit incapable de payer les sommes dues. L’ancien président de l’OM, club où a évolué le Sénégalais Mamadou Niang ou l’Ivoirien Didier Drogba, compte se pourvoir en cassation.

Selon l’homme d’affaires, devenu propriétaire du quotidien régional La Provence en 2013, « je n’ai pas touché ces 405 millions d’euros. Sinon, à la limite, il n’y aurait pas de problème ! Sans compter qu’ils me comptent les intérêts, plus le coût de l’arbitrage (…). Le groupe Bernard Tapie (GBT) a perçu exactement 245 millions. Moi personnellement, 45 millions, j’en ai donné la moitié à ma femme, c’était la moindre des choses, j’en ai donc gardé la moitié, et sur cette moitié, c’est-à-dire 22, j’en ai mis 20 dans le compte courant de La Provence ».

Bernard Tapie, son épouse, leurs sociétés et leurs liquidateurs judiciaires doivent verser les montants perçus en vertu de l’arbitrage qui a soldé en 2008 leur litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d’Adidas. Son avocat Me Emmanuel Gaillard a annoncé, jeudi 3 décembre, qu’il comptait se pourvoir en cassation. Sauf que ce pourvoi n’est pas suspensif et le Consortium de réalisation (CDR), structure publique qui gère le passif du Crédit Lyonnais, à l’origine de la procédure, peut immédiatement exiger le remboursement des sommes versées.

Le 29 septembre, le conseil de Bernard Tapie avait réclamé entre 516 millions et 1,174 milliard d’euros de réparation pour son client au titre du préjudice matériel, et 50 millions d’euros pour le préjudice moral. Bernard Tapie est connu en Afrique lorsqu’il défendu Willy Sagnol alors coach des Girondins de Bordeaux qui décrivait le joueur africain comme « l’avantage du joueur typique africain, c’est qu’il est pas cher quand on le prend, c’est un joueur qui est prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain ». Tapie avait , en effet, jugé que « c’est plus une erreur d’appréciation qu’un scandale raciste ». Là, c’est sur un autre terrain, judiciaire que Tapie a été invité.