Condamnation à mort de Mohamed Morsi : le Président turc fustige le silence de l’Union Européenne

Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a violemment critiqué, dimanche, le silence et l’inaction de l’Union Européenne après l’annonce de la condamnation à mort de l’ex-Président égyptien, Mohamed Morsi, aux côtés d’une centaine de co-accusés.

« Pourquoi on ne vous entend pas ? », a tonné le Président turc Recep Tayyip Erdogan, ce dimanche 17 mai 2015. Il s’exprimait au sujet du silence de l’Union Européenne après la condamnation à mort de l’ex-chef d’Etat égyptien Mohamed Morsi. Près de 121 co-accusés ont subi le même jugement dont des dirigeants des Frères musulmans et du Hezbollah libanais, d’origine palestinienne.

Le chef d’Etat turc a comparé ce silence avec la mobilisation des médias et des personnalités européennes pour condamner la répression des manifestations de la place Taksim en Turquie, en mai 2013.

« Pourquoi n’avez-vous pas imposé des sanctions ? »

Le dirigeant reproche à l’Europe d’avoir soutenu les militaires au pouvoir en Egypte. « Pourquoi n’avez-vous pas imposé à son égard des sanctions ? », s’est-il interrogé, rapporte Anadolu Agency. Mohamed Morsi était le premier Président élu démocratiquement en Egypte.

Un tribunal égyptien a condamné à mort 122 personnes, samedi, pour « espionnage » et « évasion de prison », juste après le renversement de l’ancien Président égyptien Hosni Moubarak, en janvier 2011. Leur dossier ont été transférés au Grand Mufti d’Egypte qui doit donner un avis, le 2 juin prochain, qui n’est que consultatif.

Outre Mohamed Morsi, sont condamnés à mort le président de l’Union mondiale des oulémas musulmans, Youssef Karadhaoui, le guide des Frères musulmans, Mohamed Badie, ainsi que d’autres dirigeants. Près de 75 prévenus palestiniens ont aussi été condamnés dont deux dirigeants du Hezbollah libanais, Sami Chihab et Iheb Morsi.