Conakry, capitale africaine des mines

Le cinquième symposium Mines Guinée a ouvert ses travaux, lundi, dans la salle des Congrès du palais du peuple. Le thème est : « Symposium Mines et développement intégré durable ». Prennent part à cette rencontre, une dizaine de ministres en charge des Mines et représentants de pays africains, dont le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’Angola et l’Afrique du Sud. Au total, 700 participants sont présents à ce symposium qui va prend fin ce mardi.

Notre correspondant en Guinée

D’entrée de jeu, c’est le secrétaire général du ministère des Mines qui prononce le discours de lancement du présent symposium. Dans son allocution, Abdoul Karim Sylla rappelle que les préparatifs du présent symposium ont été lancés depuis le mois de mars dernier. Le secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie Abdoul Karim Sylla se dit comblé de la présence massive de nombre de sociétés nationales et étrangères venues de divers horizons.

Peu de minutes après, la parole sera donnée au ministre des Mines et de la Géologie pour son mot de bienvenue. Ainsi, Lounceny Nabé précise que ce symposium est le cinquième du genre après ceux de 2001, 2002, 2004 et 2006. Pour lui, les échanges de ces deux jours de travaux vont permettre d’examiner toutes les questions relatives à la problématique du développement durable.

Pour le ministre des Mines et de la Géologie, cette rencontre va contribuer à établir à nouveau, un partenariat gagnant gagnant avec tous les investisseurs privés nationaux et étrangers. « Nous comptons optimiser le cadre légal et réglementaire en matière des Mines. A ce jour, l’administration est occupée à la révision du code minier et les conventions minières », a affirmé le ministre des Mines.

Mettre en valeur le potentiel minier du pays

Poursuivant ses propos, Lounceny Nabé affirme que désormais, le gouvernement va privilégier la transformation des ressources minières sur place. Il a aussi mis en relief l’assainissement du cadastre minier guinéen. Il a enfin, réaffirmé la volonté du gouvernement à respecter tous les engagements internationaux qu’il a librement signés, notamment dans le domaine des mines.

Pour sa part, le Premier ministre, dans son discours d’ouverture a lui aussi mis en exergue la nécessité de mettre en valeur les potentialités minières que regorge le pays. Afin de réduire considérablement la pauvreté, le chômage et bien d’autres maux qui minent les Guinéens. Le premier ministre Dr. Ahmed Tidjane Souaré dira également que la reforme du secteur minier guinéen est au centre du changement réclamé par le peuple. Le premier ministre ajoute que la politique d’industrialisation minière doit concilier avec la préservation de l’environnement durable.

Au cours de ces deux jours de travaux, les participants ont débattu des sous thèmes comme la politique minière de la Guinée, le cadre législatif et réglementaire minier du pays, le financement des activités minières, gestion des revenus et bonne gouvernance…