Comment Infantino et la FIFA pourraient s’excuser des propos choquants tenus sur l’Afrique


Lecture 2 min.
Le Président de la FIFA, Gianni Infantino
Le Président de la FIFA, Gianni Infantino

Gianni Infantino, le président de la FIFA, fait marche arrière après ses propos choquants faisant le lien entre la périodicité de la Coupe du monde et la question migratoire en Afrique. Mais à ce niveau de responsabilité, s’excuser n’est pas suffisant et il faudrait que le continent se fasse entendre pour demander la démission de ce peu glorieux personnage ou obtenir comme excuses l’organisation de la Coupe du monde.

Prêt à tout pour trouver des raisons soutenant son projet de Coupe du monde de football tous les deux ans, l’italo-suisse Gianni Infantino a tenu, devant le Conseil de l’Europe à Strasbourg, des propos dénués de sens et offensants pour le continent africain : « Nous devons trouver des moyens d’inclure le monde entier pour donner de l’espoir aux Africains afin qu’ils n’aient pas besoin de traverser la Méditerranée pour trouver peut-être une vie meilleure mais, plus probablement, la mort en mer. Nous devons donner des opportunités, donner de la dignité ». Tel est l’argumentation quelque peu obscure a exposée par le dirigeant de la FIFA, l’instance de gestion du football mondial. Et d’ajouter ensuite, rappelle notre confrère AFRIK-FOOT, « nous voyons le football se développer dans une direction où certains ont tout et la plupart n’ont rien. En Europe, la Coupe du monde a lieu deux fois par semaine car les meilleurs joueurs du monde y jouent ».

Un mépris pour l’Afrique qui n’est pas acceptable, surtout en pleine Coupe d’Afrique des Nations alors que le monde entier regarde le football africain. Une CAN que le président de la FIFA n’a jamais trop appréciée. Il lui a d’ailleurs été attribué la volonté d’annuler ou reporter l’édition actuelle, car elle perturbait le calendrier des clubs européens !

Face au tollé suscité par ses déclarations, Gianni Infantino a préféré faire marche arrière, invoquant, comme souvent dans ce genre de situation, une mauvaise interprétation des ses propos qui auraient été sortis de leur contexte… Un rétropédalage assez peu crédible qui a surtout pour objectif d’éviter que la polémique ne prenne de l’ampleur.

  Mais au final, la meilleure façon de montrer à l’Afrique qu’elle est une place forte du football mondial serait de lui offrir, pour une seconde fois après l’Afrique du Sud en 1990, l’organisation d’une Coupe du monde. Cela tombe bien, le Maroc a fait acte de candidature pour 2030.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter