Comment expliquer le mystère de l’orteil manquant!

Des chercheurs britanniques ont réussi à démontrer que certaines personnes saines, lorsqu’elles ferment les yeux, n’arrivent pas toujours à se représenter leurs orteils.

Pourquoi nous ne sommes pas toujours capables de distinguer nos orteils les yeux fermés ? C’est ce qu’une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université d’Oxford, en Grande Bretagne, explique. Ils ont en effet réussi à démontrer que certaines personnes saines, lorsqu’elles ferment les yeux, n’arrivent pas toujours à se représenter leurs orteils.

Les chercheurs ont tenté de mettre en exergue certaines l’agnosie, un rouble correspondant à une incapacité du cerveau de reconnaître les stimuli du corps, que l’on retrouve souvent dans le cadre de pathologies neurologiques et psychiatriques. Et des chercheurs de l’Université d’Oxford ont démontré que des personnes saines pouvaient être atteintes d’un type bénin d’agnosie. Lorsqu’ils ferment les yeux, ils n’arrivent pas toujours à se représenter leurs orteils, quand ceux-ci sont stimulés par les scientifiques, précises Pourquoidocteur.

Les résultats des chercheurs publiés dans la revue Perception sont intéressants. De jeunes adultes en bonne santé ont été invités à fermer les yeux, au moment où leurs orteils étaient touchés de façon aléatoire. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que, dans 94 % des cas, le gros et le petit orteil sont plus souvent reconnus par les participants.Par contre, les personnes ont plus de mal à repérer les trois autres orteils : à 57 % pour le deuxième, 60 % pour le troisième et 79 % pour le quatrième orteil.

En outre, l’équipe a remarqué que les personnes droitières éprouvaient plus de difficultés à reconnaître les orteils du pied gauche, et inversement. Et, dans plus de la moitié des cas, les participants disaient avoir la sensation désagréable que certains de leurs doigts de pied manquaient à l’appel, pendant l’expérience.

Les chercheurs ont expliqué ce phénomène d’une part par le fait que les orteils sont globalement moins stimulés que les doigts, ce qui explique qu’ils aient perdu en sensibilité, et d’autre part
du fait que le cerveau perçoit les orteils comme des blocs non séparés par des espaces entre eux. Conclusion : les orteils du milieu ne sont pas pris en compte de manière distincte par le cerveau, contrairement aux extrémités du pied.