Commémoration du 11 novembre : se rappeler les sacrifices des Forces Noires

Des tirailleurs sénégalais
Des tirailleurs sénégalais

Le 11 novembre est la date de l’armistice mettant fin à la première guerre mondiale. La commémoration a la volonté d’honorer tous les soldats morts aux combats. Il ne faut pas oublier la place de la Force Noire dans cette guerre. L’Afrique ayant perdu de nombreux fils sur le sol français dans les batailles de 14-18.

Ce 11 novembre,  de nombreuses manifestation dans toute la France vont se tenir devant les monuments au morts des villes et village français. Dans les évènements qui vont marquer cette journée, l’association Mémoires & Partages s’associe au Festival International du Film d’Histoire de Pessac pour organiser un Hommage aux Tirailleurs de la grande guerre morts et enterrés à Bordeaux et projeter une Avant-première du film Tirailleurs de Omar Sy.

Car, dans le cadre des cérémonies de commémoration de l’Armistice, il ne faut pas oublier l’importance des « Tirailleurs sénégalais ». Créé en 1857 par Louis Faidherbe, gouverneur général de l’Afrique Occidentale Française, le corps  des « Tirailleurs sénégalais » comprenait plus de 140 000 Africains venant de 17 pays d’Afrique. Outre le Sénégal, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, Madagascar, la Mauritanie, la Centrafrique, le Tchad, les Comores, le Burkina Faso, le Congo Brazzaville, Djibouti, la Guinée, le Mali, le Niger et le Togo. On ignore combien exactement sont morts, mais leur sacrifice a été déterminant dans l’issue de la grande guerre.

Lire aussi Soldats noirs : Troupes françaises et américaines dans les deux guerres mondiales

Dans les soldats provenant des colonies, de nombreux indochinois étaient aussi présents. Au total ce sont près de 250 000 soldats venant des colonies françaises qui se sont battus dans l’Hexagone. Plus d’information sur le site du groupe de recherche ACHAC

Des soldats venus du monde entier célébrés le 11 novembre

A titre d’exemple, toujours à Bordeaux, 593 soldats des colonies engagés dans la grande guerre, gisent dans trois cimetières (Pins Francs, Chartreuse et Bordeaux Nord) répartis entre 302 tirailleurs sénégalais, 252 indochinois, 31 malgaches, 3 marocains, 2 travailleurs coloniaux, 1 algérien, 1 tunisien et 1 soudanais.