Combien gagnent les rappeurs en France ?

La France est le deuxième pays où le paysage Rap & Hip Hop est prolifique. Distancés de loin par les Américains, les rappeurs français se sont toutefois installés dans les rangs des fortunes considérables. On en trouve même certains dans le carré des millionnaires.

Il y a les brouteurs, le faroteurs et les rappeurs. Leur point commun ? L’exhibition de l’argent facile. Enfin, pour certains. Car pour d’autres à l’instar des rappeurs, il s’agit d’afficher une réussite souvent jalonnée par les sacrifices et la douleur de la rue. Bref, tout ce monde se rejoint dans le cercle des « boucantiers », ces parleurs qui font souvent parler d’eux et de leur fortune.

Comme les rappeurs aiment le rappeler, à force de travail on finit bien par percer et se faire un nom, jusqu’à gagner une place dans le club très fermé des millionnaires. En France, certains rappeurs ont bien réussi ce coup de jackpot. Tout le monde sait qu’ils gagnent bien leur vie mais peu d’entre nous savent combien d’argent réel ils génèrent.

Les grosses fortunes du rap

Pas de suspens. Le rappeur français le plus prometteur est Booba. Le Duc de Boulogne devance ses potes et adversaires du rap, par ses activités hors ventes d’albums. A 36 ans, le Kopp est le rappeur français le mieux payé en 2013 avec des revenus estimés à près de 58 millions d’euros. Comme l’indique le magazine américain People With Money, la fortune de Booba ne relève pas simplement de ses ventes d’albums et singles. Elle prend en compte des gains directs mais également des revenus issus des partenariats publicitaires, des royalties, et d’autres investissements. Et dans ce domaine le Kopp excelle. Le rappeur-entrepreneur pèserait près de 185 millions d’euros.

C’est donc grâce aux gains issus de domaines divers que le Duc de Boulogne devance les autres grands artistes. Rohff, La Fouine et la bande du Wati B, auraient eux aussi atteint la barre du million d’euros, ou ne seraient pas loin, rien qu’en royalties.

Un artiste comme Rohff touche un peu plus de 1,50 euro par disque vendu. Récemment, le soldat comorien invité dans l’émission « Touche pas à mon poste » sur D8, a affirmé toucher plus de 50 000 euros par mois, principalement grâce à son rap et sa ligne de vêtement « Distinct ». On a aussi appris que la Ferrari présente dans son dernier clip, « j’accélère » était bien la sienne.

La Fouine ne serait pas loin, bien qu’on ne sache pas exactement combien il gagne, mais la vente de ses disques et sa marque « Street Swagg » lui permettent de mener une vie digne d’un pacha.

Les autres, comme Sexion d’Assaut, Dawala, Joey Starr, gagnent sans même toucher à un micro grâce au cinéma. Comme quoi, il y a une vie après le rap. Youssoufa, Kery James, ou encore Diam’s, continuent de vendre d’anciens albums. L’ex-rappeuse Diams, de son vrai prénom Mélanie, a signé un retour fructueux en vendant à plus de 80000 exemplaires son autobiographie. Soprano des Psy 4 de la rime et Akhenaton de IAM tiennent aussi la corde et ne se laissent pas trop impressionner par la réussite de leurs confrères.

En bref, les millionnaires dans le rap français, ça existe ! Bien qu’ils ne soient pas très nombreux. Après Booba, à qui le tour ? Rohff ? Ce serait bien possible, d’autant plus qu’en 2010 il était déjà millionnaire. Son nouvel album, « PDRG », pourrait bien le ramener au succès de 2010…