Cindy Thompson : la révélation du gospel ghanéen

C’est une chanson, Awurade Kasa, qui a révélé Cindy Thompson à son public ghanéen mais aussi au continent africain. D’Accra à Abidjan, en passant par Libreville, tous ceux qui ont entendu ce titre ont frémi à son écoute. Portrait de son interprète.

Awurade Kasa (« Parle Ô Seigneur »), une mélodie que vous n’oublierez pas de sitôt et qui vous laissera pantelant. Son auteur : une discrète interprète ghanéenne du nom de Cindy Thompson. Révélée dans son pays en 2000 par ce titre, elle est devenue une figure incontournable de la scène musicale gospel en Afrique. Elle représentait son pays à la dernière édition du Festival Gospel et Racines qui s’est tenu en août dernier au Bénin. Une expérience qui a marqué la chanteuse. « J’ai eu l’occasion de côtoyer des artistes venus d’horizons divers », confiait-elle alors.

Le gospel, une vocation

La jeune Ghanéenne de 33 ans chante le gospel depuis sa plus tendre enfance. Cindy Ama Thompson fait partie d’une fratrie de onze enfants. Elle est originaire de Krofu (centre du Ghana). Elle débute sa carrière musicale religieuse à l’âge de 8 ans. C’est la chorale scolaire du dimanche du Mount Olivet Methodist qui l’accueille alors. En 1992, une nouvelle aventure commence pour l’artiste ghanéenne. Elle rejoint le Church of Pentecost at Kaneshie à Accra où elle chante en solo durant les offices. Cindy Thompson permettra au chœur de réaliser deux albums. Puis c’est à son tour en 1998 de sortir sa première cassette intitulée Onokwafo Nyame(« Dieu fidèle »).

Elle finit, mais difficilement, par trouver un producteur et un manager, Anthony Awotwi-Tandoh, issu de sa communauté religieuse. Deux ans plus tard, Cindy revient sur la scène musicale avec un album intitulé Cindy’s Messiah(« Le messie de Cindy »). L’album est réalisé en août 2000 et compte un bijou : Awurade Kasa. « Tout le monde pleurait en écoutant cette chanson », témoigne Cindy Thompson. Le morceau continue encore de marquer les esprits et la plupart des croyants qui l’entendent en gardent un souvenir ému. Le titre a d’ailleurs remporté quatre trophées musicaux dont celui du Meilleur morceau gospel, en 2000, aux Trophées de la musique ghanéenne.

Reconnue et consacrée

Le même prix lui est attribué ainsi que celui de la meilleure chanson de louage de l’année, au Ghana, lors des Trophées de la musique gospel 2000-2002. D’autres prix viennent également distinguer l’album et les talents vocaux de Cindy Thompson. Cette dernière est une artiste polyglotte qui chante en anglais mais aussi en fanti, twi, ga (Ghana) et éwé, une langue parlée au Ghana et au Togo. Elle écrit ses propres chansons et avoue avoir profité de la collaboration de sa nièce sur son dernier album. Son modèle : la chanteuse ghanéenne Eunice Addison. « Elle m’inspire et est un exemple pour moi tant sur le plan musical que spirituel. »

Cindy, déjà largement connue en Afrique, notamment en Afrique sub-saharienne, souhaite plus. Son projet : « Se faire connaître sur la scène musicale internationale ». Et la jeune femme sait ce qu’elle veut. Secrétaire, elle est également chef d’entreprise d’une structure dénommée Cinant Enterprise qui appuie, entre autres, sa carrière artistique. Ses passions : la cuisine et le jardinage. Elle aime « semer » et elle excelle apparemment dans le domaine ! Car Cindy Thompson, en répandant la bonne nouvelle à sa manière, a déjà conquis des milliers de fans.