Ciment au Sénégal : le bras de fer continue entre Dangote et Vicat

La guerre fait toujours rage entre deux cimentiers présents au Sénégal : le géant nigérian Dangote et son rival français Vicat. Alors que Dangote a démarré ses activités au Sénégal depuis décembre dernier, son concurrent français accuse l’Etat sénégalais d’avoir favorisé le nigérian.

Le Français Vicat est bien décidé à faire condamner l’Etat sénégalais qu’il accuse d’avoir favorisé le géant milliardaire nigerian Dangote, alors même que la cimenterie de ce dernier a démarré en décembre 2014. Ce qui provoque la colère du cimentier qui n’a pas dit son dernier mot. Selon Boubacar Camara, président du Conseil d’administration de la Sococim, la filiale locale du cimentier Vicat au Sénégal, les autorités sénégalaises ont permis à Dangoté d’outrepasser toutes les réglementations sociales et environnementales que nécessitent les activités liées à la cimenterie.

Dans une interview accordée à AFRIK.COM en mars 2014, Boubacar Camara affirme que depuis qu’il a implanté son usine de ciment au Sénégal, Dangote n’a respecté aucune réglementation : ni minière, ni foncière ou environnementale ». Pour le responsable de Sococim, « il ne fait pas de doute que Dangote a été favorisé. L’Etat du Sénégal l’a laissé faire. Mais la conséquence, c’est le traitement inégal des investisseurs du pays, alors que le code des investissements, le code de l’UEMOA et le code minier garantissent une égalité entre investisseurs ». Selon le dirigeant de Sococim, « les arbitres des deux parties sont désormais désignés, la procédure suit son cours au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), à Washington. Le lancement de l’usine rend l’évaluation du préjudice plus facile ».

« Il n’y avait pas de problème dans le secteur du ciment au Sénégal avant l’arrivée de Dangote », estime Boubacar Camara. Le groupe français a été jusqu’à même déposer, le 6 novembre dernier, une demande d’arbitrage à la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) à Abidjan pour « distorsion de concurrence ». De son côté Dangote a toujours refusé de commenter ce litige dans la presse. Néanmoins, le géant nigérian accuse Vicat « de propager des informations mensongères à son encontre », affirmant que le groupe français n’a pas hésité à adresser de faux rapports aux autorités sur les tests environnementaux réalisés par Dangote Cement ».

Le litige entre les deux parties qui date de la présidence de l’ancien chef d’Etat Abdoulaye Wade n’est visiblement pas prêt d’être résolu.

Lire aussi :

 Sénégal : la guerre du ciment fait rage entre Vicat et Dangote