Chroniques solidaires

Un petit tour du monde des associations, ça vous dit ? Si oui, direction le site Chroniques solidaires qui présente 24 ONG du Sud, dans douze pays et sur trois continents. Trois jeunes Français ont mis en ligne des web-reportages mulimédia très agréables à consulter. A la Une en ce moment : le Burkina Faso.

Internet au service de l’humanitaire. C’est le credo du site Chroniques solidaires (le site ne fonctionne plus en 2007), qui propose des web-reportages sur différentes associations du Sud. Au départ de l’initiative : une association, Des Assos’ et des Hommes, créée par trois jeunes Français, Marine, Damien et Sylvain. Ils avaient en tête de réaliser un tour du monde sur trois continents pour montrer le travail de 24 ONG dans 12 pays. Leur projet a su intéresser des sponsors de choix et d’avril 2003 à avril 2004, ils ont réalisé leur rêve, voyageant au Liban, en Inde, au Népal, au Cambodge, au Vietnam, aux Philippines, en Equateur, au Pérou, au Brésil…

En ce moment, c’est le Burkina Faso qui fait la Une du site. Une occasion toute trouvée pour découvrir le sympathique et dynamique concept des trois mousquetaires de l’humanitaire. Ces derniers ont su utiliser toutes les ressources d’Internet : on trouve du texte, bien sûr, mais aussi des vidéos et des photos sous forme de diaporamas, souvent très réussis et dont les photographies sont vraiment de très haute qualité.

Vive l’Eau Vive

Au Burkina, Marine et Sylvain ont rencontré l’association Eau Vive qui, depuis 26 ans, supervise l’installation de pompes à eau dans les villages du Sahel. Ils sont allés dans le village de Tanghin, 1 500 habitants, à une heure de Ouagadougou où l’Organisation non gouvernementale était en train d’installer une pompe à eau manuelle. Pour que les villageois puissent gérer à court et long terme la précieuse installation, l’association forme des Comités de Gestion des Points d’eau. L’objectif : l’autonomie des habitants pour éviter l’assistanat. Cette démarche se retrouve aussi dans les autres activités d’Eau Vive, comme la construction de dispensaires ou la mise en place, en 2003, de « classes vertes » en milieu rural.

Ces classes vertes sont des formations théoriques et pratiques de 6 mois pour que les paysans sachent utiliser les nouvelles techniques agricoles. Grâce à cela, ils peuvent assurer leur subsistance puis générer des revenus pour améliorer leur niveau de vie. En plus de ces différents reportages, on trouve une fiche technique détaillée de l’association, des interviews des principaux responsables et un carnet de route à Ouagadougou… Une belle façon de découvrir le pays. Alors, vite, clic, clic !