Chronique d’un « Aïd Ecolo » au Maroc

La ville de Tétouan au Maroc a décidé de fêter l’Aïd El-Adha à sa manière. Les autorités locales ont lancé fin octobre une campagne « Aïd Ecolo » pour sensibiliser le public à la nécessité de préserver l’environnement à l’approche de la grande fête musulmane célébrée le 17 novembre prochain.

Opérations de nettoyage, distribution de sacs biodégradables, animation d’ateliers sur la préservation de l’environnement : à l’approche de la fête de l’Aïd El-Adha, la ville de Tétouan, au nord du Maroc, se met à l’heure de l’écologie. C’est la troisième édition de la campagne « Aïd Ecolo », initiée par la société de distribution d’eau et d’électricité Amendis Tétouan, en coordination avec l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre (AESVT). La campagne, qui a lieu jusqu’au 16 novembre, veille de l’Aïd, a pour but de sensibiliser les gens à la question de la protection de l’environnement durant cette grande fête génératrice de détritus en tous genres en raison de l’abattage massif d’ovins.

Cette manifestation vise, d’après les organisateurs, à sensibiliser les citoyens à la nécessité de garder leur ville propre et à préserver les réseaux d’assainissement qui sont souvent obstrués par les déchets résultant de l’abattage. Elle met aussi l’accent sur la nécessité d’économiser l’eau, utilisée en abondance pour le nettoyage durant cette période. Au programme de cette édition également, et pour la première fois, le lancement d’une caravane qui sillonnera les établissements scolaires et les quartiers populaires de Tétouan pour prêcher la bonne parole écologiste.

Apprendre les écogestes

L’année dernière, la campagne « Aïd Ecolo » avait permis d’évacuer pas moins de 20 tonnes de déchets solides. Pour cette année, les organisateurs affichent davantage d’ambition. « Nous organisons des ateliers pour à peu près 600 élèves pour chaque établissement contrairement à l’année précédent où ils étaient 30 par école », indique Assia Bouzekri, responsable du bureau de Tétouan de l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre (AESVT), qui participe à la manifestation.

La campagne « Aïd Ecolo » 2010 se déroule en trois actes. D’abord, l’organisation d’un cycle de formation à destination des animateurs et des représentants des associations de quartiers qui devront animer des ateliers dans les établissements scolaires autour de trois thématiques : « la gestion de l’eau, la gestion des déchets solides et enfin la production de dessins et de dépliants sur la nécessité de préserver l’environnement durant l’Aïd », explique Assia Bouzekri.

Les autres activités se déroulent à l’extérieur des établissements scolaires : «les enfants iront ensuite dans les quartiers qui se trouvent à proximité de leurs écoles pour distribuer des flyers et des sacs biodégradables et informer les gens sur les écogestes à faire pour réduire les déchets dus à l’abattage ».

Peu avant le jour J, du 14 au 16 novembre, une caravane sillonnera les quartiers populaires de la ville et les lieux de vente des moutons. Celle-ci est accompagnée d’un stand tenu par des animateurs qui, aidés de flyers et de banderoles, s’efforceront de susciter l’intérêt du grand public à la problématique de l’environnement durant cette fête sacrée. La campagne portera aussi sur des opérations de nettoyage dans les quartiers les plus touchés. « Les enfants sont très actifs. Les personnes que nous avons sollicitées n’ont pas hésité à s’engager dans cette campagne. Tout le monde est très motivé », se réjouit d’avance Assia Bouzekri.