Chris Rock revient avec humour sur le manque de diversité aux Oscars

L’humoriste Chris Rock, maître de cérémonie des Oscars, n’a pas manqué, dimanche soir, de revenir sur le manque de diversité à Hollywood tout en lançant quelques piques aux acteurs et réalisateurs noirs qui ont décidé de boycotter la prestigieuse cérémonie estimant que ce n’est pas la solution.

Comme a son habitude, Chris Rock a fait le show aux Oscars, diffusée sur la grande chaîne gratuite ABC. L’humoriste noir, qui était le maître de la 88ème cérémonie, n’a pas manqué de revenir sur la fameuse polémique après le boycott de nombreux acteurs de l’évènement en raison du manque de diversité. Il donne le ton dès le début : « Je suis ici aux Oscars, connu aussi comme les récompenses attribuées par les Blancs ».

L’humoriste poursuit : « Vous réalisez que s’ils désignaient les présentateurs, je ne serais pas là ce soir ». Chris Rock, qui a déjà présenté les Oscars en 2005, a expliqué avoir sérieusement réfléchi à renoncer à ne pas venir à la cérémonie. « Mais je me suis dit, ils vont quand même organiser les Oscars. Ils ne vont pas les annuler simplement parce que j’ai jeté l’éponge », a-t-il lancé, sous les applaudissements constants du public.

L’humoriste a aussi lancé des piques à l’actrice Jada Pinkett Smith qui a boycotté la cérémonie en solidarité au réalisateur Spike Lee. « C’est comme si je boycottais la culotte de Rihanna : je n’étais pas invité », a-t-il glissé.
Pour lui, ce n’est pas la solution : « Il ne s’agit pas de boycotter simplement, nous voulons des opportunités. Nous voulons que les acteurs noirs aient les mêmes opportunités que les acteurs blancs ».

« Dans les années 60, les Noirs étaient trop occupés à être violées et lynchés pour se préoccuper de savoir qui a gagné le prix du meilleur directeur de la photo »

Chris Rock a d’ailleurs aussi tenu à rappeler que « dans les années 60, les Noirs ne protestaient pas pour réclamer des changements dans le milieu du cinéma. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient de vrais sujets de protestation à l’époque. Trop occupés à être violées et lynchés pour se préoccuper de savoir qui a gagné le prix du meilleur directeur de la photo ». Il poursuit sous un tonnerre d’applaudissements : « Quand ta grand-mère se balance à un arbre, c’est vraiment difficile de se préoccuper du meilleur documentaire étranger, format court ».

« Si vous voulez des nominés noirs tous les ans, vous devez créer des catégories pour Noirs », a expliqué Chris Rock avant de continuer : « C’est ce qu’on fait toujours avec les hommes et les femmes, pensez-y : il n’y a aucune vraie raison d’avoir une catégorie, masculin ou féminin, pour le jeu d’acteur ! » Et l’humoriste d’ajouter : « Mais la vraie question c’est : est-ce qu’Hollywood est raciste ? Bien sûr ! Mais ce n’est pas le racisme auquel on est habitué. C’est un racisme de cercle », lance-t-il, expliquant qu’il fallait appartenir au bon milieu pour être embauché.

« Mais les choses sont en train de changer. Nous avons eu un « Rocky » noir cette année. Certains l’appellent « Creed », moi je l’appelle « Le Rocky noir » », s’est amusé Chris Rock, en référence au film de Ryan Coogler.

En attendant, cette année encore, les plus prestigieuses récompenses ont été attribuées à des acteurs et réalisateurs blancs : Leonardo di Caprio (meilleur acteur), Brie Larson (meilleure actrice), Alejandro Iñarritu (meilleur réalisateur) et Spotlight (meilleur film, de Tom McCarthy).