Ces Africains qui ont gagné leur Paris

Qu’ils soient chauffeurs de taxi, stars, sportifs ou coiffeuses, les Africains qui ont choisi Paris enrichissent depuis des années la vie culturelle et sociale de Paname. Le livre Les Paris des Africains permet de découvrir la vie et les envies de ces Afro-parisiens.

Il y a Henett la Malienne, qui rêve d’un DEA en économie, Maghan, immigré malien depuis 34 ans et son fils, Hamala, le Béninois Eusebe, conseiller municipal dans sa petite ville de la région parisienne pour  » donner un sens à sa vie en France et refuser de rester dans l’anonymat sous prétexte que l’on vient d’ailleurs « . Il y a aussi Goundo Cissé l’amoureuse et Kédier Bokoua, créateur de l’Union des étudiants de Côte d’Ivoire à l’étranger. Tous différents mais avec un point commun : Africains et fiers de l’être, ils ont élu domicile à Paris. Depuis, cinq, dix, vingt ou trente ans, ils apportent leur culture et leur richesse à la ville lumière. Et font partie de ces diasporas d’Afrique que se propose d’explorer le dernier livre de Cauris éditions, Les Paris des Africains.

Un ouvrage concis mais dense qui ne revendique pas l’exhaustivité mais bien au contraire des coups de coeur nourris par les rencontres des Africains de Paris. Le livre s’ouvre sur une belle déclaration à la ville lumière : celle de Kidi Bebey, rédactrice en chef de Planète Jeunes et de Planète Enfants, camerouno-parisienne avertie, qui se souvient des Paris by night de son enfance avec tendresse et poésie.

Ingénieuse Afrique

Son texte donne le ton : entre Paris et les Africains, c’est une histoire d’amour pas toujours facile qui se déroule au rythme de la colonisation puis des indépendances. Une histoire mouvementée passée en revue dans la première partie du livre. Il était une fois des Africains à Paris ou l’histoire de l’immigration africaine dans la capitale française, du tirailleur sénégalais au travailleur immigré.

Avec  » Ingénieuse Afrique « , on entre dans le vif du sujet. Qui sont les Afro-parisiens et que font-ils ? Une trentaine de portraits alertes permet de balayer la réalité africaine de Paname. Danseur, styliste, designer, architecte, sportif, homme d’affaire, écrivain ou cinéaste… Les artistes côtoient Mariam, la sympathique commerçante de Château-Rouge, Ousmane le marabout, Sylvie la chauffeuse de taxi ou Amy, la night-clubbeuse chevronnée. On y croise aussi de jeunes femmes dynamiques, bien dans leur peau, leur époque et leur Paris comme Fatim Fofana, rédactrice en chef de Miss Ebène ou Sêssi Hounkanrin, présidente d’une association culturelle.

Livre-passerelle

L’Afrique qui bouge, chante, danse et mange se retrouve au coude à coude et sans traitement de faveur. Et pour ceux qui souhaitent découvrir Paris-sur-Afrique, un guide pratique donne les meilleures adresses (restos, bars, coiffeurs, instituts de beauté, boutiques, lieux culturels, agences de voyages, ambassades…) arrondissement par arrondissement.  » C’est avant-tout un ouvrage sur les Africains à Paris mais c’est vrai que même dans les portraits, il y a des petits clins d’oeil pratiques. Car ces endroits de vie font partie des histoires de vie que nous avons choisi de raconter « , explique Kadiatou Konaré, l’éditrice.

Le livre, sur les rayonnages français depuis une semaine, partira prochainement à la conquête de l’Afrique.  » Il peut intéresser tous les gens sur le continent qui connaissent Paris sans y avoir jamais mis les pieds, par leurs lectures et ce qu’on leur a raconté « , poursuit la jeune femme.  » Il est destiné à tous les amoureux de Paris, d’où qu’ils vivent. Nous allons le distribuer dans les alliances françaises, les consulats, là où il y a des contacts entre la France et l’Afrique. C’est un livre-passerelle.  » Un pont lancé entre Paris et l’une de ses plus importantes diaspora.

Commander le livre : Les Paris des Africains, Cauris éditions.