Cercle International des Décideurs, le nouveau dynamisme africain ?

Le Cercle International des Décideurs, association à but non lucratif, lance officiellement ses activités en France. Une conférence de presse a eu lieu vendredi 30 septembre au Grand Palais pour présenter les différentes actions qu’entend mener l’organisation.

L’association du Cercle International des Décideurs (CID), créée en octobre 2010, a donné une conférence de presse ce vendredi au Centre d’accueil de la presse étrangère (CAPE) du Grand Palais à Paris, pour présenter l’association et annoncer ses objectifs. Ce rassemblement a réuni plusieurs ambassadeurs en France de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ainsi que plusieurs représentants de Chambres de commerce et d’industrie (CCI) et du patronat de l’UEMOA.

Présidé par Oumar Yougo, PDG du groupe WEP SA, entreprise de BTP et d’énergie implantée à Ouagadougou, le CID a pour but de regrouper de nombreux chefs d’entreprises et cadres qui développent des activités en Afrique. Quant à son implication en France et à l’international, le CID souhaite prolonger le rayonnement économique, industriel et culturel de l’Afrique.

« Une nouvelle dynamique se met en place »

Oumar Yugo, président du CID, a mis en avant le potentiel de l’Afrique qui devrait atteindre un taux de croissance de 5,2% en 2011 et 5,8% en 2012 alors que « le contexte économique actuel est marqué par un ralentissement prononcé de la croissance des pays développés. » Il a en outre déclaré qu’ « une nouvelle dynamique se met en place et le CID entend l’accompagner, lui donner l’impulsion nécessaire et en devenir un acteur à part entière. » L’allocution du président du CID a laissé entendre que l’association n’avait guère le choix que de fournir des résultats positifs. « Nous nous sommes assignés une véritable obligation de résultats qui passera nécessairement par une gestion efficace et transparente de notre association, une implication sans faille de ses membres et de ses partenaires institutionnels, économiques, financiers et culturels », a-t-il affirmé.

Présent parmi les invités, le vice-président de la Chambre régionale de l’UEMOA, Lassine Diawara, a mis en exergue les potentialités de l’Afrique. Il a, entre autre, rappelé que 10% du pétrole brut et 20% de l’or sont produits dans ce continent. Selon lui, l’action du CID pourra jouer un rôle « prépondérant » dans l’exploitation de ces ressources. Né au Burkina Faso, Lassine Diawara a présenté les grands projets en cours de réalisation dans son pays tels que la construction d’un nouvel aéroport international à Donsin ou encore un programme de 10 000 logements sociaux dans le cadre de la promotion immobilière. « Notre souhait est de pouvoir bénéficier des conseils avisés des membres du CID pour mener à bon terme tous ces projets », a annoncé M. Diawara.

« Construire ensemble, c’est une nécessité »

C’est d’un ton déterminé que le délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, Claudy Siar, s’est adressé à l’auditoire. Il s’est dit « ravi » de célébrer la création du CID dans un contexte où les « possibilités sont nombreuses dans le continent ». Il est brièvement revenu sur les festivités des 50 ans des indépendances des pays francophones d’Afrique. A cette occasion, il a déclaré avoir eu beaucoup de « regrets » de ne pas avoir vu les décideurs et entrepreneurs africains mis à l’honneur. « Construire ensemble, c’est une nécessité d’autant plus cruciale dans le monde en crise. Le changement crée des opportunités que les Africains doivent saisir », a souligné Claudy Siar.

En résumé, le Cercle international des décideurs s’est lancé le défi de donner à l’Afrique une nouvelle dimension économique. Et pour cela, les membres de l’association ont montré leur détermination à accompagner cette dynamique.