Centrafrique: tirs nourris au PK-5, deux personnes exécutées

Ce mercredi, en fin de matinée, des tirs nourris d’armes automatiques et des détonations, ont éclaté dans le quartier du PK-5, dans le centre de Bangui.

Des tirs nourris d’armes automatiques et des détonations, ont éclaté ce mercredi, en fin de matinée, dans le quartier du PK-5, dans le centre de Bangui. Le constat été fait par un correspondant de l’AFP sur place.

Ces tirs, dont l’origine n’était pas établie dans l’immédiat, étaient nettement audibles des quartiers voisins du PK-5, le poumon commercial de la capitale centrafricaine, où des centaines de commerces appartenant majoritairement à des musulmans attisent depuis des jours la convoitise de pillards et de miliciens chrétiens anti-balaka qui tentent d’y pénétrer, rapporte le correspondant du site. Après une trentaine de minutes, l’intensité de ces tirs a nettement baissé, tandis que des habitants du secteur prenait la fuite vers des quartiers voisins.

Dans d’autres quartiers de la ville, des pillages et des violences, faisant au moins deux morts, ont eu lieu dans la matinée. L’AFP rapporte qu’u quartier Combattant, près de l’aéroport, un civil musulman a été tué à l’arme blanche par des miliciens anti-balaka, malgré l’intervention de soldats français de l’opération Sangaris pour le protéger. A une centaine de mètres de là, c’est un jeune chrétien qui a été tué, également à l’arme blanche, par un civil, a raconté un témoin de la scène. Au rond-point de la Réconciliation, au centre-ville, des pillards emportaient des marchandises volées dans les environs.

Ces violences interviennent au moment où le Conseil de sécurité de l’ONU a donné mardi son feu vert à l’engagement d’une force européenne en Centrafrique, pour appuyer les troupes françaises de « Sangaris » et africaines de la MISCA.