Centrafrique : malgré les risques, le voyage du Pape maintenu

Alors que la Centrafrique est toujours plongée dans la violence, le voyage du Pape François dans le pays est maintenu.

Le voyage du Pape François est maintenu malgré les risques sécuritaires en Centrafrique. « L’étape risquée en Centrafrique du voyage du Pape François en Afrique reste au programme, mais le Vatican suit de près et avec préoccupation la poursuite des violences à Bangui », a indiqué, ce lundi 2 novembre 2015, le Vatican.

« Pour nous, la visite du Pape en Centrafrique demeure au programme. C’est le grand désir de François de s’y rendre », a souligné le père Ciro Benedettini, porte-parole adjoint pour la presse au Vatican. Le souverain pontife a lui-même déclaré, dimanche, lors de l’Angelus qu’il « espérait » se rendre dans ce pays marqué par les violences quotidiennes entre milices armées formées de chrétiens et de musulmans.

Depuis la chute de François Bozizé, la Centrafrique est toujours plongée dans la violence et le chaos s’aggrave. Le pays est régulièrement en proie à des milices armées qui y font la loi, malgré la présence des troupes françaises et la force de l’ONU qui sont déployées sur place pour tenter de rétablir l’ordre.

Les élections législatives et présidentielle ont été fixées au 13 décembre, a annoncé, mercredi dernier, la Commission électorale. Initialement prévues le 18 octobre, elles ont dû être repoussées, notamment en raison des violences qui règnent à Bangui, la capitale centrafricaine. Selon la radio publique, pour la Présidentielle, un second tour aura lieu le 24 janvier si nécessaire. La nouvelle Constitution, adoptée en août, sera soumise à référendum une semaine avec les élections. Le texte a le soutien des principaux partis politiques.