Centrafrique : Le Drian est de retour à Bangui

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est arrivé ce mercredi matin à Bangui pour une visite consacrée à la crise sécuritaire et humanitaire.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a entamé, ce mercredi matin à Bangui, la dernière étape de sa tournée en Afrique centrale. Lors de cette visite de quelques heures, Le Drian doit rencontrer les soldats français de l’opération Sangaris et s’entretenir avec la Présidente intérimaire, Catherine Samba Panza.

Il s’agit du troisième voyage de Le Drian à Bangui depuis le lancement de l’opération Sangaris, le 5 décembre. Les soldats français ont haussé le ton, mardi à Brazzaville, contre les milices qui sévissent en Centrafrique. « Il faut que l’ensemble des milices qui continuent aujourd’hui à mener des exactions, à commettre des meurtres, arrêtent », a dit le ministre, « si besoin, par la force ».

Depuis l’arrivée des troupes françaises à Bangui, les populations civiles de confession musulmanes sont devenues la cible des anti-balaka (milice chrétienne dite anti-machette) qui les accusent d’être complices des exactions perpétrées par les ex-séléka (à dominante musulmane).

Les nombreux massacres de femmes, d’enfants et de vieillards de leur communauté ont poussé des milliers de musulmans, minoritaires en Centrafrique, à l’exode, notamment vers le Tchad et le Cameroun.

Les forces françaises et africaines (MISCA) ont été dotées en décembre d’un mandat de l’ONU autorisant l’emploi de la force en cas de menace directe sur la population. Mais elles ne sont toujours pas arrivées à mettre fin aux massacres et aux pillages. Pour rappel, la MISCA et Sangaris comptent, respectivement, 5 400 et 1 600 hommes.