Centrafrique : le chaos se poursuit à Bossangoa

La tension est toujours vive à Bossangoa, à 300 km au nord-ouest de la capitale centrafricaine Bangui, les armes circulent toujours, les pillages et les incendies continuent malgré l’arrivée des forces françaises. « La tension empire, on est en alerte maximum », dit un humanitaire, même si l’armée française se veut rassurante. Pas plus tard que mardi soir, un vent de panique à Bossangoa a soufflé. Des rumeurs de massacre dans la région ont circulé. Les forces africaines et françaises ont fait état de la préparation d’une attaque massive de miliciens chrétiens anti-balaka contre les Séléka et les musulmans.