Centrafrique : des corps de victimes torturées découverts dans un fief de l’ex-séléka

A Bambari, ville du centre de la Centrafrique, encore aux mains des rebelles de l’ex-séléka, les découvertes macabres se succèdent. Plusieurs corps de victimes ayant été torturés ont été retrouvés ces derniers jours, notamment dans la rivière Ouaka.

Plusieurs corps victimes de torture ont été retrouvés dans la rivière Ouaka, ces derniers jours, à côté de Bambari, ville contrôlée par les rebelles de l’ex-séléka, dans le centre de la Centrafrique. « Les ex-Séléka ne tuent plus par les armes à cause des Français qui sont dans la ville. Lorsqu’ils prennent un jeune, ils l’amènent quelque part, et ils le tuent en le torturant. Après, son corps est jeté dans la Ouaka. C’est leur nouvelle méthode », a indiqué un chef du quartier de Borno, peut-on lire sur Centrafriquelibre.info.

Les victimes, membres d’un groupe d’auto-défense

Lundi dernier, le corps d’un jeune homme marqué par des traces de torture a été retrouvé dans la rivière de la Ouaka. Il ferait partie d’un groupe d’auto-défense du quartier de Borno, contrôlé par les anti-balaka.

Mardi dernier, trois corps ont été découverts dans les eaux de cette rivière, sous le pont de la Ouaka. Il s’agit de jeunes Centrafricains visiblement torturés à mort. La semaine dernière, d’autres corps ont été retrouvés dans les mêmes conditions. Le chef du quartier de Borno fait état de sept morts et plusieurs disparitions, depuis que les jeunes de ce quartier en ont interdit l’entrée aux rebelles de l’ex-séléka.

Les dirigeants militaires de l’ex-coalition ont reconnu que des corps ont été retrouvés dans la rivière de Bambari. Ils ont indiqué que des enquêtes avaient été lancées dans leur rang pour tenter d’identifier les auteurs de ces crimes. « Nous ne pouvons pas dire que ce sont les éléments qui tuent ces gens-là. Ça peut aussi être le contraire », a en revanche clamé un de ces chefs, basé à Bambari.