Centrafrique : Charles Massi est mort, selon son épouse

Selon l’AFP, qui cite un communiqué conjoint de l’épouse et du mouvement politique de Charles Massi, l’homme politique centrafricain serait mort, des suites « des tortures qu’il a subies », le vendredi 8 janvier dernier à Bossembélé (150 km au nord-ouest de Bangui). L’ex-ministre et chef rebelle centrafricain avait été arrêté vers le 19 décembre dernier à la frontière tchadienne, alors qu’il tentait de rentrer en Centrafrique. Dans un communiqué publié ce dimanche, son mouvement, la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) exige de Bangui une preuve de vie.