Carnet du voyageur : visite au village CAN de Douala


Lecture 3 min.
Village CAN
Village CAN

Comme dans chacune des compétitions CAF, des villages CAN ont été mis en place dans toutes les villes qui arbitrent la compétition. Celui de Douala a été installé dans le parc du quartier résidentiel de Bonanjo, à quelques encablures de l’hôtel de l’équipe nationale d’Algérie. Ils sont nombreux les commerçants, venus de plusieurs pays d’Afrique, qui exposent leurs marchandises.

Envoyé spécial au Cameroun,

Depuis 2020, la Confédération africaine de football (CAF) a initié les villages CAN lors de ses compétitions, qui permettent aux supporters de venir souvent faire leurs petits achats en toute sécurité, de pouvoir discuter entre eux, mais aussi de partager leur histoire et expérience. Les commerçants également, venus de tous les horizons d’Afrique, exposent leurs marchandises. Quasiment tout y est : des habits, des objets d’art, des restaurants, des buvettes, des médicaments traditionnels « Made in Afrique ».

À Douala, un écran géant a également été installé, ce jeudi matin, pour permettre aux visiteurs du site de pouvoir suivre les matchs en direct à partir de ce coin du parc de Bonanjo, aménagé pour cette fête du football africain. « Nous sommes là depuis le début de la compétition et nous recevons très souvent les visiteurs. C’est une très bonne chose, nous faisons notre petit commerce et nous faisons également des connaissances », a fait savoir une restauratrice venue de Yaoundé, au Cameroun.

Vendeuses au village de la CAN Tableaux au village de la CAN

« Je suis un étudiant tchadien à Douala. Je suis venu au Cameroun pour m’inscrire à l’Université. Malheureusement, j’ai accusé un retard de deux mois. En attendant de retrouver mon N’Djamena natal, j’essaie de m’en sortir en vendant du café, du thé. Néanmoins, j’espère retourner bientôt au pays pour reprendre mes études. Je viens souvent au village CAN comme il y a du monde, pour pouvoir faire de bonnes affaires et pourquoi pas des rencontres », a aussi fait savoir Ismaël, un étudiant tchadien devenu marchand ambulant vu les circonstances.

Village CAN Chaussures au village de la CAN

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter