Cameroun : Western Union casse ses prix

Depuis le 11 juillet dernier, les Camerounais peuvent effectuer des transferts nationaux moins coûteux s’ils passent par Western Union. L’opérateur a en effet décidé de réduire drastiquement le coût des virements, parfois jusqu’à 50%. Une campagne de charme destinée à passer devants les concurrents.

« Western Union casse ses prix ». « Vos transferts à l’intérieur du Cameroun moins chers ». Ce sont les deux phrases d’accroche que le géant du transfert d’argent a choisi pour lancer, le 11 juillet dernier, son opération de charme. Une campagne qui propose aux clients potentiels une baisse allant parfois jusqu’à 50% sur certaines sommes.

Difficile de rater le coup de pub que s’offre Western Union. Des panneaux publicitaires affichent une hache s’abattant sur les tranches de prix. Des banderoles ornent les rues. A la télévision et à la radio, des spots, parfois en langue vernaculaire, relayent l’information. Même schéma chez les partenaires de la compagnie de transfert, où des brochures expliquent que les prix sont presque divisés par deux. « La réduction dépend de la tranche dans laquelle est placée la somme à transférer. Entre 10 000 et 60 000 FCFA, les frais étaient auparavant de 6 000 FCFA. Ils sont maintenant de 3 000 FCFA. Pour la tranche allant de 60 000 à 120 000 FCFA, les frais étaient de 6 500 FCFA et sont aujourd’hui de 5 000 FCFA », précise Jules Tchatchouang, responsables des opérations de Western Union à la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec) de Douala.

Western Union passera-t-il devant Express Union ?

En somme, plus vous dépensez, moins l’offre est intéressante. Chez Western Union, on ne cache pas que cette opération est avant tout destinée à ralentir le succès des concurrents locaux. « L’objectif est de nous rapprocher de la clientèle locale et d’attirer les plus démunis, qui allaient chez nos concurrents parce que leurs prix étaient plus avantageux que les nôtres », poursuit Jules Tchatchouang, qui ajoute qu’une opération de ce genre a déjà été lancée à Madagascar et au Congo.

L’un des principaux concurrents est Express Union, qui possède plus de 85 agences au Cameroun, contre une soixantaine de postes pour Western Union. « Pour un envoi de 10 000 FCFA, le coût du transfert est de 500 FCFA. Il est de 2 500 FCFA si la somme transférée est de 50 000 FCFA. Le coût évolue en fonction de la somme », souligne Augustin Fotie, directeur de l’agence Express Union de Yaoundé-Warda.

Express Union serein

Augustin Fotie nous avoue ne pas se sentir menacé par la réduction drastique des prix de Western Union. « Western Union se positionne surtout sur le plan international. Nous sommes basés sur le créneau national. Tous les deux, nous avons des forces et des faiblesses. Nous sommes dans un contexte de libéralisme, ce sera donc le meilleur qui gagnera », indique, serein, le responsable.

Jules Tchatchouang s’est refusé à donner une tendance des transferts nationaux qui se font maintenant par Western Union. « Nous attendrons la fin du mois d’août pour évaluer le nombre de transactions et voir ce qu’elles ont rapporté comme revenu », confie-t-il. Mais le chef de l’agence Western Union de la Compagnie Financière de l’Estuaire (Cofinest), à Yaoundé, a expliqué au Quotidien Mutations que les transferts internes représentent maintenant 6% de son fichier client, contre 3% il y a un peu plus d’un mois.