Cameroun : une tentative d’évasion tuée dans l’oeuf

C’est vers 16 heures, dimanche dernier, que les prisonniers ont mis à exécution leur plan visant à s’échapper de la prison centrale de New Bell à Douala. Malheureusement, les autorités pénitentiaires étaient déjà au parfum du coup qui se tramait depuis quelques semaines. Et les dispositions pratiques avaient été prises par les autorités pénitentiaires pour faire échouer la tentative de ces prisonniers avides de liberté !

Notre correspondante à Yaoundé

Lorsque que les deux premiers détenus tentent d’escalader les murs de la prison, ils sont très vite mis hors d’état de nuire par les gardiens à l’affût du moindre mouvement. Idem pour les 13 autres. Dans cette seule journée de dimanche, 15 malfrats, tous des repris de justice, ont donc été abattus après un échange de coups de feux entre les forces de l’ordre et les prisonniers. Lundi, au petit matin, deux autres détenus qui voulaient également traverser les murailles du pénitencier en profitant de la nuit ont été froidement abattus par les geôliers aux aguets.

A ce jour, on dénombre donc 17 morts et trois blessés parmi lesquels deux détenus et un visiteur, d’après les déclarations du Secrétaire d’Etat auprès du vice Premier ministre, ministre de la justice chargé de l’Administration pénitentiaire. Emmanuel Ngafassen a voulu lever toutes les équivoques qui entouraient cette affaire de l’évasion de la prison centrale de New Bell à Douala, et en préciser les contours au cours d’un point de presse.

Selon les geôliers, au moment d’entreprendre cette évasion, les prisonniers étaient une vingtaine. Ils voulaient profiter de l’ambiance de fête foraine ou de cours de recréation qu’a la prison lors des jours de visite, et précisément les dimanches. Les fugitifs détenant deux armes ont entrepris alors d’organiser une évasion comme dans les scénarios de films américains.
Ils se sont retrouvés en très peu de temps de l’autre côté des murs du pénitencier. Mais la réplique des gardiens de prison ne s’est pas faite attendre. Aidés des militaires, des gendarmes et même de la police, ils procèdent à une chasse à l’homme qui s’achève par la mise sur le carreau de 15 prisonniers, abattus par les forces de l’ordre. Ce même jour, tard dans la nuit, deux autres prisonniers tenteront d’échapper à la vigilance des gardiens afin d’escalader les murs de la prison. Ils seront abattus sans état d’âme par les forces de l’ordre.

Selon les autorités camerounaises, la situation est actuellement sous le contrôle des forces de l’ordre, et le calme est revenu à la prison centrale de New Bell où la sécurité a été renforcée. De plus, une enquête judiciaire est ouverte afin d’ établir les responsabilités des uns et des autres car pense-t-on, cette évasion n’a pas pu se faire sans la complicité de certains employés de la prison.