Cameroun : sortie de la 37e promotion de l’Ecole Militaire Inter Armées

37è promotion de l’Ecole Militaire Interarmées

Le président du Cameroun, Paul Biya, chef des forces armées, a présidé, le 24 janvier 2020, la cérémonie marquant le triomphe de la 37ème promotion de l’Ecole Militaire Inter Armées (EMIA).

Après trois ans de formation, c’est devant le chef de l’Etat camerounais que les officiers ont pris leurs engagements à la Cour d’Honneur de la Brigade du Quartier général de Yaoundé. « Au cours de ces dernières années, la sécurité de notre pays a été mise à rude épreuve », a indiqué le président de la République, dans son allocution de circonstance.

« Trois de nos régions ont été ou sont particulièrement concernées par des problèmes d’insécurité. A l’Extrême-Nord, les incursions de l’organisation terroriste Boko Haram continuent de semer, de temps en temps, la mort et la désolation auprès de nos concitoyens. A notre frontière de la région de l’Est, ce sont des bandits de grands chemins qui se livrent à diverses exactions. Dans le Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des sécessionnistes, mués en multiples bandes armées, continuent de commettre des atrocités », a énuméré le locataire du Palais d’Edoudi.

Il en a ainsi profité pour saluer « l’action déterminée de nos forces de défense et de sécurité » qui a « permis d’améliorer considérablement la situation » dans les régions anglophones. Rappelant le rôle capital des forces de défense et de sécurité dans la défense de l’intégrité territoriale du Cameroun, M. Biya a réaffirmé « l’expression du soutien de notre nation tout entière ».

Aux nouveaux 257 jeunes officiers, le président de la République a recommandé de s’inspirer de l’exemple du général Kodji Jacob, dont leur promotion porte le nom. Cet officier supérieur décédé le 22 janvier 2017 dans un accident d’hélicoptère alors qu’il se trouvait au front de la lutte contre Boko Haram. En leur demandant de s’adapter aux nouvelles formes de menaces, il leur a dit de « respecter les droits humains et d’être les défenseurs du bien-être de leurs compatriotes ».

Les éléments de la promotion baptisée « Général Jacob Kodji » font leur sortie de l’école au moment où le pays n’a plus que jamais besoin de leur expertise, leur professionnalisme pour préserver la paix.