Cameroun, Situation politique : vers un dégel total ?

Le Président du Cameroun, Paul Biya

Le Grand Dialogue National voulu par le Président du Cameroun, Paul Biya, et qui s’est tenu du 30 septembre au 4 octobre a eu ses premières retombées, avec la libération de quelques détenus politiques parmi lesquels le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto. Sur cette même lancée, un nouveau pas vient d’être franchi, avec l’autorisation d’une manifestation que le MRC compte organiser dans les tous prochains jours.

Au moment de l’annonce de sa tenue, le 10 septembre 2019, beaucoup étaient sceptiques quant à l’issue du Grand Dialogue National voulu par le Président Paul Biya. Mais depuis la fin des discussions, les faits sont en train de démontrer la pertinence de ces assises. Il n’aura pas fallu un long moment pour voir les premiers fruits de ces assises, qui ont réuni un millier de participants. En effet, alors que le dialogue a été clôturé le 4 octobre, déjà le 5, des prisonniers politiques ont recouvré leur liberté.

Ce lundi, c’est le MRC, « bête noire » du premier des Camerounais, qui reçoit l’autorisation de manifester publiquement, le 1er novembre, au stade municipal d’Ebolowa. Il est annoncé qu’au cours de cette manifestation, seront présentés les militants qui viennent de rejoindre les rangs du MRC, et parmi lesquels, le célèbre journaliste Sam Séverin Ango.
Cette autorisation de manifester accordée par Obam André Francis, sous-préfet de l’arrondissement d’Ebolowa, peut être perçue comme une nouvelle avancée dans la marche vers la paix enclenchée avec le dialogue, et une preuve de la bonne volonté du régime du Président Biya.

Est-ce le début du dégel total ? La question mérite d’être posée. Mais seul le temps nous en fournira la réponse. Ce qui est certain, c’est que le Cameroun a besoin d’être uni pour relever les défis économiques et sécuritaires qui se présentent à lui.

A lire : Fin du Grand dialogue national : le Cameroun tourne une page de son histoire