Cameroun : renforcement des capacités des journalistes en digitalisation


Lecture 4 min.
Renforcement capacité journalistes au Cameroun
Renforcement capacité journalistes au Cameroun

La salle informatique de l’Institut Panafricain pour le Développement région Afrique Centrale (IPD-AC), située dans le 3ème Arrondissement de la ville de Douala, a changé de physionomie du 10 au 12 février dernier, à l’occasion des ateliers professionnels du Free IT Day sur le module « Outils du journalisme digital : Site web et Blog », organisés par l’IPD-AC en collaboration avec IT4AFRICA, MBCODE et REPTIC.

Au cours de cet atelier de trois jours, dont l’importance n’est plus à démontrer, plusieurs thématiques ont été abordées. Il y avait entre autres : l’orientation et la sensibilisation aux métiers du numérique, la cybercriminalité, la cyber sécurité, l’économie numérique, la crypto-monnaie, le trading en ligne, la finance.

Gracieusement offert à plus d’une vingtaine d’hommes et femmes de médias, tous supports confondus, cet atelier, indique le Dr Merlin Mfondo, Directeur régional de l’IPD-AC, est « le premier d’une longue série qui démarre par la création des sites et blogs, et qui se poursuivra par l’appropriation d’autres outils digitaux modernes dans les prochains mois ».

« A travers cette action, l’IPD-AC souhaite participer au renforcement des capacités des journalistes et par la même occasion établir un partenariat franc gagnant-gagnant avec les médias africains et toute la communauté estudiantine », avait-il ajouté.

Renforcement capacité journalistes au Cameroun Selon Evariste Happi, président-fondateur de IT4AFRICA, « nous voulons, par notre présence à cet atelier, permettre aux journalistes de capitaliser et monétiser en fait le métier de journaliste. Alors pour un départ, nous partions d’abord sur l’animation d’un site internet/d’une page internet et la 2è étape, le développement des stratégies de marketing en ligne digitale, qui leur permettra de vivre de leur métier, et ceci est prévu dans les mois à venir ».

« C’est une fierté pour nous, les journalistes, parce que c’est la première fois que les journalistes sont au-devant de la scène, je veux par-là dire honorés par un particulier ou une institution. Je suis l’un des directeurs de publication les plus heureux, après avoir participé à cet atelier, ô, combien riche. Que de pareilles initiatives se multiplient dans notre pays », déclare Stève Njoh, directeur de publication du journal Ça Presse.

Dirigé depuis octobre 2020 par le Dr Merlin Mfondo, l’IPD-AC est une institution sous régionale créée en 1965. Il appartient au réseau de l’Association internationale « Institut Panafricain pour le Développement » (IPD) composé d’un Secrétariat Général (IPD-SG) basé à Douala au Cameroun et de quatre instituts régionaux que sont :

  1. L’Institut Panafricain pour le Développement – Afrique Centrale (IPD-AC), établi à Douala au Cameroun ;
  2. La Pan African Institute for Development – West Africa (PAID-WA), établie à Buéa au Cameroun ;
  3. L’Institut Panafricain pour le Développement – Afrique de l’Ouest et le Sahel (IPD-AOS), établi à Ouagadougou au Burkina Faso ;
  4. La Pan African Institute for Development – East and South Africa (PAID-ESA), établie à Kabwe en Zambie;

L’IPD a créé un 5ème institut régional pour l’Afrique du Nord qui est basé au Maroc. Ce réseau a été enrichi de deux autres instituts et qui sont fonctionnels depuis octobre 2011. Il s’agit de :

  1. L’Institut Panafricain pour le Développement Afrique du Nord (IPD-AN), qui est établi à Rabat au Maroc ;
  2. Le Centre International pour le Développement Durable (CIDD), qui est établi à Douala au Cameroun.

La zone d’intervention de l’IPD-AC s’étend sur treize pays de l’Afrique Centrale : Angola ; Burundi ; Cameroun ; Centrafrique ; Gabon ; Guinée Equatoriale ; Iles Comores ; Madagascar ; République Démocratique du Congo ; République du Congo ; Rwanda ;  Sao Tome et Principe et Tchad.

L’IPD-AC a pour mission de soutenir les efforts de développement des pays africains par le renforcement des capacités des cadres et institutions de développement à travers les activités de :

  1. Formation,
  2. Appui/conseil
  3. Recherche et Innovation

L’IPD-AC bénéficie des avantages qui se rapportent aux accords de siège (signé le 28 Novembre 1981 et publié par décret n° 82/196 du 05 juin 1982) et de coopération technique (signé le 10 mai 1972 et publié par décret n° 72/274 du 3 juin 1972) passé entre le gouvernement du Cameroun et l’IPD.

Et parlant de l’IT4Africa, dont le président-fondateur n’est autre que Evariste Happi, est une association à but non lucratif, qui a pour missions la promotion et la formation dans le domaine de la technologie pour l’Afrique et ayant pour cibles, ceux qui n’ont pas de moyens d’acquérir ce genre de formations (les femmes, les handicapés, les orphelins), en fait toutes les couches de la population.

Après l’allocution de clôture du Directeur Régional de l’IPD-AC, les attestations et du matériel digital ont été remis aux participants.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter