Cameroun : Qui était le milliardaire Joseph Kadji Defosso ?

Joseph Kadji Defosso, opérateur économique de la première heure au Cameroun, et PDG du groupe qui porte son nom, est décédé dans la nuit du 22 au 23 août 2018 en Afrique du Sud, à l’âge de 95 ans, a-t-on appris de bonnes sources.

Né vers 1923, Joseph Kadji a manifesté très tôt sa passion pour les affaires. Il quitte son village natal, Bana, situé dans la région de l’Ouest, pour s’installer à Douala, capitale économique du Cameroun, où il se lance dans la vente de produits alimentaires et matériels de bureau. Au fil des années, il diversifie ses activités en construisant des immeubles et en lançant la Société des céréales du Cameroun, les Assurances générales du Cameroun… En 1995, il crée la Kadji Sports Academy, école de football d’où sortiront des footballeurs camerounais comme Samuel Eto’o.

Mais son œuvre la plus connue reste l’Union camerounaise des brasseries (UCB), productrice de boissons gazeuses et de bières, dont la Kadji Beer, qui lui vaudra le titre de « premier brasseur d’Afrique subsaharienne ». A la création de cette entreprise, en 1972, le marché camerounais est dominé par des groupes européens comme la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC, du français Castel). Mais Joseph Kadji Defosso ne se décourage pas et l’UCB est aujourd’hui la troisième entreprise brassicole du pays.

Joseph Kadji Defosso était aussi connu pour ses activités politiques. Un temps soupçonné de financer l’opposition, il avait fait taire ses détracteurs en affichant son soutien au parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Depuis 2002, il était maire de Bana sous la bannière du parti. Il avait été réélu en 2007 et 2013.

Grand chevalier de l’ordre national de la valeur, Joseph Kadji Defosso, affaibli par la maladie, avait confié la direction de certaines de ses entreprises à ses enfants. Il avait réussi à transmettre sa passion entrepreneuriale à ses nombreux petits-enfants, dont certains sont aujourd’hui à la tête de leurs propres entreprises.