Cameroun : quatre malfrats abattus et exposés en public par les forces de l’ordre

Quatre bandits ont été tués, le 10 novembre, par les éléments de la gendarmerie de Yaoundé et présentés à la presse comme des trophées de guerre. Ils avaient semé la terreur dans le pays.

Notre correspondante au Cameroun

Il y a quelques jours, la bande abattue par la police a participé à une attaque perpétrée contre des habitants de la capitale camerounaise. Pendant deux heures, ils ont tenu en respect les populations d’un quartier et dépouillé les passagers des véhicules. Une fois leur forfait achevé, ils se rendront dans la province de l’Est pour continuer leur sale besogne.

Ces coupeurs de route armés de 4 kalachnikovs, deux pistolets automatiques, trois couteaux et deux machettes vont s’en prendre à une centaine d’individus. En quelques jours, ils agressent 7 véhicules de transport publics et 4 motos taxis. Ils dépouillent les passagers de leurs biens.

Alerté par les populations, le commandant de la Légion de Gendarmerie du centre, Gaston Dara, va déployer un peloton qui se rendra sur le terrain. Après un long échange de tirs, quatre malfrats seront abattus, deux vont s’enfuir et un sera fait prisonnier. Une partie de leur butin sera également récupérée, soit de l’argent et des téléphones portables.

Il y a quelques jours, un précédent accrochage entre les forces de l’ordre et les coupeurs de routes avait déjà permis d’arrêter quelques bandits, mais à cause de l’intervention de quelques personnalités, deux bandits avaient été relâchés et les autres remis en liberté par le parquet. Aujourd’hui, ils sont tous hors d’état de nuire, au grand bonheur des populations qui pourront retrouver le sommeil, du moins, pour quelques jours…

L’identité de ces coupeurs des routes n’a pu être donnée par les éléments de la gendarmerie nationale interrogés.