Cameroun : quand Samuel Eto’o offrait un Pavillon à l’Hôpital Laquintinie de Douala

Pavillon Samuel Eto'o de Douala
Pavillon Samuel Eto'o de Douala

Il faut vraiment avoir le cœur dans la main, pour non seulement venir en aide aux indigents, sans distinction de chapelle politique, de sexe, de tribut, de race, de religion, mais aussi pour offrir gracieusement une installation sanitaire à un Etat. Et elles sont très peu nombreuses, les personnes qui l’ont fait, à l’image du Camerounais Samuel Eto’o, ancien redoutable avant-centre, considéré comme un des meilleurs footballeurs du monde, dans les années 2000.

Les travaux de l’édifice bleu et blanc, engagés en 2011 dans l’enceinte de l’hôpital Laquintinie de Douala avaient enfin été livrés en mai 2017. Un véritable joyau flambant neuf entièrement financé à hauteur de 700 millions de francs CFA (environ 1,4 million de dollars), par le footballeur international camerounais.

« Pour que les enfants partent d’ici avec le sourire aux lèvres de leurs mamans »

Bâti sur près de 100 mètres carrés, ce pavillon est composé d’une salle déchoquage, d’une salle de prise de paramètres, d’un espace médical, de salles d’accouchements, de réunions, d’attente, de bureaux, et est doté d’une capacité de 48 lits pour patients. Parlant du personnel, il y a 10 médecins généralistes, 5 pédiatres et un chirurgien pédiatre.

D’une capacité d’une quarantaine de lits et entièrement équipé, le centre des urgences et de réanimation pédiatriques Samuel Eto’o permet, selon l’ex-ministre de la Santé publique André Mama Fouda, de réduire considérablement le taux de mortalité infantile et va favoriser une prise en charge efficace de l’urgence pédiatrique.

André Mama Fouda, dans son propos, n’avait pas manqué d’inviter Louis Richard Njock, l’ex-directeur de l’hôpital Laquintinie à en faire bon usage. « Prenez grand soin, voilà un pavillon propre, voilà un pavillon bien organisé, à vous de bien vous en servir pour que les enfants partent d’ici avec le sourire aux lèvres de leurs mamans ».

Lors de la cérémonie d’inauguration et de rétrocession du pavillon pédiatrique Samuel Eto’o Fils au gouvernement camerounais, le 8 mai 2017, à Douala, s’exprimant quant aux motivations de son geste, le donateur avait indiqué : « avec mon premier salaire significatif, j’ai décidé de mener des actions, à apporter ne serait-ce qu’une modeste contribution, à notre société ».

Samuel Eto’o élevé au rang de citoyen d’honneur de Douala

Présent à l’hôpital Laquintinie en compagnie de son épouse, le goléador Samuel Eto’o avait lui-même remis les clés du pavillon pédiatrique qui porte son nom, au ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. « Le pavillon que je remets, en ce jour, aux autorités, au nom de la fondation privée Samuel Eto’o, appartient à tous les citoyens camerounais… Chacun des parents que vous êtes rêve de voir ses enfants grandir en bonne santé et bénéficier d’un meilleur accès aux soins… », avait déclaré le quadruple Ballon d’or africain.

Il est important de signaler que ce n’est pas la première fois que ce fils du pays fait un geste à l’endroit du secteur de la santé. Samuel Eto’o avait en effet offert, par le passé, une ambulance médicalisée avec des équipements appropriés. En guise de récompense à ce geste qui manque de qualificatif, Samuel Eto’o, nouveau président de la FECAFOOT avait, à l’occasion été fait citoyen d’honneur de Douala, capitale économique du Cameroun.

Pour l’infirmière Dorette Nguibasonga, « cet édifice était venu renforcer la carte sanitaire de notre pays, il permet et on le voit maintenir en vie de nombreux enfants. Nous ne pouvons que nous en réjouir et aussi remercier le donateur ».

Levée de fonds de 500 millions de francs CFA

Pour la petite histoire, à l’origine du projet, le Dr Jérémie Solle, ancien directeur de l’hôpital Laquintinie, entre 2005 et 2012, qui, pour pallier les insuffisances des services pédiatriques d’urgences, avait entrepris des diligences à cet effet. « Au moment où je suis nommé, mon ambition est de faire de cet hôpital un pôle d’excellence. Le problème de l’urgence gynécologique a été résolu avec la construction de la nouvelle maternité. J’ai signé un partenariat avec des Hollandais. Il ne restait que l’urgence pédiatrique ».

Toute chose qui conduira l’ancien patron de l’hôpital Laquintinie de Douala sur le chemin de la Fondation Samuel Eto’o, l’ancien attaquant vedette du FC Barcelone qui venait de poser ses valises à l’Inter Milan du sulfureux José Mourinho. Le footballeur acquiesce, mais veut que le projet soit piloté par les pouvoirs publics. Option que le Dr Jérémie Solle ne voit pas lui, d’un bon œil. Redoutant, affirme-t-on, un détournement de l’argent public par les fonctionnaires d’Etat.

Au terme des précisions qui auraient convaincu Samuel Eto’o, ce dernier, a-t-on appris, organise une soirée de gala à Milan. Cérémonie au cours de laquelle le Dr Jérémie Solle monte à la tribune et fait part du projet à l’assistance. Une levée de fonds, faite séance tenante, permit alors une collecte de 500 millions de francs CFA. Le projet était alors devenu une réalité.

La Fondation Eto’o impliquée dans la construction de 5 orphelinats au Cameroun

La Fondation Samuel Eto’o, pour ne pas la nommer, a vu le jour en mars 2006. Cette structure à but non lucratif a pour objectif de venir en aide à la jeunesse africaine, particulièrement au Cameroun. Elle apporte des aides d’urgence, promeut l’éducation et sensibilise les moins favorisés à la santé. A travers son action, la fondation du footballeur camerounais œuvre à la création d’un avenir décent pour les jeunes générations africaines.

Création de Samuel Eto’o, né le 10 mars 1981 à Nkon, au Cameroun, cette initiative a déjà aidé à la construction de 5 orphelinats au Cameroun et œuvré pour offrir une assistance hospitalière aux jeunes camerounais, entre 1 et 14 ans, atteints de maladies difficilement opérables dans le pays.