Cameroun : Paul Biya exclut Charlemagne Messanga Nyamding du RDPC


Lecture 3 min.
Charlemagne Messanga Nyamding et Paul Biya ok
Charlemagne Messanga Nyamding et le Président Paul Biya

Cette fois-ci, c’est la fin de l’idylle entre Charlemagne Messanga Nyamding et le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir. Le vieux militant et cadre du parti a été exclu de sa formation politique.

Mis à jour le 22/04

La nouvelle fait la Une de la presse camerounaise. Le professeur Charlemagne Messanga Nyamding a été exclu de son parti, le RDPC, parti au pouvoir au Cameroun. On le savait dans de beaux draps depuis quelques jours où il a été traduit devant la Commission de discipline du parti. Le mercredi 13 avril 2022, Charlemagne Messanga Nyamding a été entendu par la commission composée de neuf membres. Taxé d’indiscipline, l’enseignant de sciences politiques se voyait reprocher entre autres une incitation de l’armée à la rébellion, son soutien à la grève des enseignants à l’occasion de l’opération « Craie morte », des accusations portées contre certains cadres du parti dont il est lui-même membre du comité central.

Un coutumier des faits

Devant la commission, l’homme s’est défendu, estimant n’avoir commis aucune faute. Mieux, il a soutenu être victime des machinations de certains proches du Président Paul Biya dont il se réclame toujours un fidèle parmi les fidèles. Mieux, il remet même en cause la légalité de la commission discipline. Charlemagne Messanga Nyamding est coutumier des déclarations incendiaires contre des responsables du parti présidentiel et même les membres du gouvernement. Ce qui faisait de lui un indésirable au sein du RDPC. Pas plus tard qu’en mars dernier, l’homme déclarait sur les ondes d’une radio locale que « 90% des militants du RDPC sont dans la misère » et que « ce parti a été utilisé comme une machine à gagner les élections et rien d’autre. Certains collaborateurs du chef de l’État veulent le soulèvement. C’est eux qui privent les populations de l’eau, de la lumière, volent les milliards de la CAN, refusent de payer les salaires ».

Il n’hésitait par exemple pas à soutenir que les dirigeants camerounais sont des « sectaires ». Le verdict de la Commission discipline est donc tombé ce mardi. La décision est signée par le Président Paul Biya en personne. Charlemagne Messanga Nyamding est définitivement exclu du RDPC. Interrogé par un média local, l’universitaire ne semble pas admettre totalement la nouvelle. « Si cette décision est confirmée, cela signifie que les conservateurs ont gagné… C’est de la criminalité politique organisée », lâche-t-il. Sur sa prochaine destination politique, Charlemagne Messanga Nyamding a besoin de temps pour réfléchir. Mais, il demeure sûr d’une chose : « Je peux vous dire que je reste un Biyaiste. Je ne trahirai jamais mon maître politique, Paul Biya, même si je peux vous dire que lui-même est victime de son propre système », martèle-t-il. En attendant, le bouillant enseignant entend introduire un recours auprès son mentor, Paul Biya.

A lire : Cameroun : Biya gâte les préfets et sous-préfets

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter