Cameroun : Michel Atangana et Titus Edzoa restent sous les verrous

La Cour suprême du Cameroun a décidé, ce mardi, de maintenir en détention le Franco-camerounais Michel Atangana et l’ex-proche du Président Paul Biya, Titus Edzoa. Condamnés en 1997 pour détournement de fonds, tous deux sont incarcérés depuis 17 ans déjà.

Sans surprise, le Franco-camerounais Michel Atangana et l’ancien proche du Président Paul Biya,Titus Edzoa, resteront en prison. Après un pourvoi en cassation, la Cour suprême du Cameroun a en effet décidé,, ce mardi, de les maintenir en détention. Condamnés en 1997 à 15 ans de prison pour détournements de fonds, ils sont incarcérés depuis 17 ans déjà. Les deux hommes avaient réclamé un pourvoi en cassation après la décision du 4 octobre 2012 du Tribunal de grande instance de Yaoundé qui les avait condamnés à une nouvelle peine de 20 ans de réclusion criminelle pour d’autres malversations.

Michel Atangana et Titus Edzoa ont toujours clamé leur innocence, dénonçant « une conspiration politique ». Espérant que la justice leur offrirait une seconde chance d’être libérés, ils s’étaient pourvus en cassation, estimant que la procédure avait été émaillée de « nombreuses irrégularités ». Mais ce mardi, les juges de la haute juridiction camerounaise ont de nouveau rejeté leurs pourvois, sans donner d’explications. « Je désespère de la justice de mon pays », a déclaré l’avocat de Titus Edzoa, Me Léonard Ndem, à l’annonce du verdict. La condamnation étant définitive, leurs avocats envisagent désormais de réclamer la confusion des peines, puisque les deux détenus ont déjà purgé 17 ans de prison. « Dans le cadre de cette procédure, on va certainement mener encore une bataille judiciaire », a pour sa part assuré Me Charles Tchoungang, un des avocats de Michel Atangana.

Titus Edzoa, ex-secrétaire général à la présidence camerounaise, était, à la fin des années 80, l’un des personnages les plus puissants du régime de Paul Biya. Seulement, il avait brusquement remis sa démission en avril 1997, annonçant dans la foulée sa candidature à la Présidentielle. A peine en lice pour le fauteuil présidentiel, qu’il est interpellé quelques jours plus tard. De son côté Michel Atangana, présenté comme le futur directeur de campagne de Titus Edzoa, même s’il ne l’a jamais confirmé, avait été envoyé au Cameroun en 1994 par le groupe français Jean Lefebvre qui l’employait pour des projets routiers et la présidence camerounaise. Il était alors chargé de la direction d’une structure de travaux publics.

La descente aux enfers n’a pas tardé pour les deux hommes qui ont rapidement été incarcérés après leur condamnation. Et malgré les batailles judiciaires et pression menées par leurs proches, le pouvoir n’a jamais lâché du lest.