Cameroun : Me Célestin Kengoum s’en est allé

Le grand habitué des plateaux de télévision est mort le 16 mai 2019 en Inde. Pas de détails précis, à cet instant sur les circonstances du départ de ce brillant analyste politique.
Sa dernière intervention publique était sur les réseaux sociaux. Au mois de janvier dernier, Me Célestin Kengoum, s’était offusqué de la haine tribale, la haine tribale qui a envahi la société Camerounaise. L’avocat accusait le gouvernement en place à Yaoundé d’être l’instigateur de cette gangrène qui cache selon lui, la mauvaise gouvernance.

Me Célestin Kengoum s’était également levé pour dénoncer avec la plus grande fermeté la grosse « mafia » qui a entaché l’attribution des marchés de construction des infrastructures de la CAN au Cameroun.

L’intégralité de la sortie de Me Célestin Kengoum

LE TRIBALISME, FAUX PROBLÈME POUR CACHER LES VRAIS PROBLÈMES
C’est une véritable manipulation et un mensonge grossier que de laisser penser et/ou croire qu’un conflit latent opposerait les Bétis/Etons/Fangs/Ntoumous/Boulous aux Bamilékés des Grassfields.

Le vrai conflit est celui qui oppose le peuple meurtri (chômeurs, bendskineurs, paysans, commerçants, éleveurs, Médecins, Ingénieurs, Magistrats, Architectes, Avocats, Soldats et gradés de nos Armées?…) à la clique de ceux qui, à la manette à tous les niveaux des structures de l’Etat, ont plongé tout le peuple dans la misère et la clochardisation.

Les jeunes gens n’ont pas de travail et deviennent des délinquants et des prostitués, les malades meurent faute de moyens pour se soigner, les hommes en tenue et fonctionnaires de tout bord deviennent des racketteurs, les honnêtes gens ont perdu leur dignité faute de moyens pour vivre décemment, les maris sont devenus des ivrognes et les épouses sont à la merci des vendeurs de viande et autres commerçants dans les marchés, les vieillards s’éteignent dans la tristesse et la mélancolie.

La misère générale ne distingue pas entre le Sawa, le Mbo, le Toupouri, le Bamiléké, le Béti, le Banyangué, le Batanga, le Ngoumba/Mabi, le pygmée, le moundang, le Bamoun, le haoussa, etc.

PEUPLE CAMEROUNAIS, RESSAISIS TOI, NE PRÊTES PAS ATTENTION A CEUX QUI VEULENT TE DIVISER POUR MIEUX TE DÉTRUIRE ! QUE TOUS LES DESESPERES UNISSENT LEURS FORCES CAR C’EST MAINTENANT UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT !
Il n’est pas superflu de rappeler que Me Célestin Kengoum était docteur en Droit, avocat à la Cour commune d’arbitrage.