Cameroun : les otages français de retour en France

Libérée jeudi, la famille Moulin-Fournier, ex-otage du groupe armé Boko Haram au Nigeria, est arrivée ce samedi matin à l’aéroport d’Orly.

Le président français, François Hollande, était à la tête du comité d’accueil ce matin à 6 heures à l’aéroport d’Orly pour accueillir les sept membres de la famille Moulin-Fourmier. Ils sont de retour en France après deux mois passés en captivité entre le Cameroun et le Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram. Les otages avaient été libérés jeudi dernier.

« C’est la vie qui a gagné », a lancé François Hollande à leur arrivée à l’aéroport. Malgré leur état de fatigue, les sept Français sont arrivés souriants. Ils ont été rapatriés à bord du Falcon du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a fait l’aller retour au Cameroun pour aller les chercher. Une dizaine de membres de leur famille et quelque soixante journalistes les attendaient sur le tarmac de l’aéroport.

François Hollande a affirmé que « les autorités françaises (avaient) fait leur devoir, dans la discrétion ». Il a « remercié aussi bien le Cameroun que le Nigeria », avec une « pensée particulière pour le président (camerounais Paul) Biya, qui dans ces derniers jours a eu un rôle important ».

« C’est fini, on en est sortis », a déclaré, visage amaigri, le père de famille. « Je suis très heureux d’être de retour en France, c’est un grand moment. Après, on retournera également au Cameroun, qui est un très beau pays où on se plait beaucoup ». Les enfants – Clarence, 5 ans, Maël, 8 ans, Andeol, 10 ans – qui ont selon la famille fait preuve de force et de courage, avaient, malgré les yeux cernés, le sourire aux lèvres. Après une halte au pavillon d’honneur, la famille est monté à bord d’un monospace, sous escorte policière.

La famille Moulin-Fourmier avait été enlevée le 19 février alors qu’ils étaient en vacances dans un parc national dans l’extrême nord du Cameroun. Elle résidait depuis 2011 à Yaoundé où le père, Tanguy-Moulin, est employé comme expatrié par GDF Suez. Son frère, Cyril Moulin-Fourmier qui était parmi les otages, vit en Espagne et les avait rejoints pour un séjour.