Cameroun : les fermetures d’écoles dans les zones anglophones inquiètent l’Unicef

L’éducation offre aux enfants une chance de sortir de la pauvreté et leur ouvre la voie vers un avenir prometteur.

Pourtant, dans le monde, 263 millions d’enfants et d’adolescents n’ont pas la chance d’aller à l’école ou de terminer leur cursus. L’apprentissage de ces enfants et adolescents est anéanti par la pauvreté, la discrimination, les conflits armés, les situations d’urgence et les effets des changements climatiques.

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) vient de publier une note qui révèle que le nombre d’écoles fermées dans les quatre pays touchés par des crises dans le bassin du lac Tchad (Cameroun, Tchad, Niger et Nigeria) est demeuré approximativement le même, passant de 981 à 1054, entre la fin de 2017 et juin 2019.

Dans le cas précis du Cameroun, indique l’Unicef, l’insécurité qui se répand dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays a forcé plus de 4400 écoles à fermer dans ces zones anglophones. Pour pallier la situation, l’organisme onusien indique qu’il coopère avec les autorités scolaires et les communautés afin d’appuyer des modes d’apprentissage alternatifs, notamment des centres d’apprentissage communautaires, la diffusion de cours à la radio, le recours à la technologie pour l’enseignement et l’apprentissage et des initiatives éducatives dans des structures confessionnelles.

«Au Cameroun, des cours et des messages pouvant sauver des vies sont radiodiffusés en de multiples langues afin que les enfants puissent apprendre en groupe en compagnie d’un animateur qualifié, ou encore individuellement dans leur propre foyer», affirme l’Unicef.
La crise anglophone, déclenchée à la suite de revendications corporatistes des enseignants et des avocats en novembre 2016, a déjà fait environ 2000 morts, selon l’organisation Human Rights Watch (HRW). A en croire l’ONU, plus de 530000 personnes ont fui ces deux régions camerounaises, dans lesquelles des combats opposent régulièrement l’armée régulière aux séparatistes.

L’UNICEF pense que chaque enfant, quel qu’il soit, quel que soit l’endroit où il vit et le niveau de vie de sa famille, a droit à une éducation.
Il agit pour que les enfants bénéficient d’un apprentissage dès la petite enfance, et soient ainsi prêts à acquérir les connaissances et les compétences qui leur permettront de s’épanouir.

A l’orée de la rentrée académique 2019-2020, les voix s’élèvent pour plaider la cause des élèves ou enfants en âge de fréquenter.

C’est le cas du Cardinal Christian Tumi, pour qui la rentrée scolaire ne pourra pas être une réalité dans les régions du nord-ouest ni du sud-ouest, au milieu des coups de feu.
« La paix est capitale pour retourner à l’école. C’est une conviction que je tiens très fermement… », a déclaré l’homme religieux qui s’exprimait jeudi 22 août 2019 à Douala lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Jean Jacques Ekindi, coordinateur national du mouvement progressiste.

Pour le bien des enfants à cette rentrée du 2 septembre prochain, le Cardinal invite les deux camps à déposer les armes. Autant les séparatistes que les forces de l’ordre.
Pour que l’école puisse reprendre efficacement dans les deux régions anglophones du Cameroun, il faut selon le cardinal qu’on cesse de tirer.