Cameroun : Les femmes ont débattu sur l’éducation des enfants à Douala

L’Association Mother’s Love (Amour maternel) a organisé un séminaire de formation à l’intention des mamans et jeunes filles, le 27 avril 2019 dans la salle de conférences de Codas Caritas à Douala.

Pendant quatre heures d’horloge, la trentaine de participantes a été entretenue autour du thème : « Education des enfants et nouvelles perspectives : le rôle de la mère ». Sous la modération de Madame Elisabeth Ngo Bapa, les intervenants commis à cet effet (Mme Pauline Matchim, mère et coordinatrice de l’Association Femme et Enfant ; Mme Pauline Mamdem Kamguia, mère et consultante en développement organisationnel et M. Christian Iloga, Enseignant) se sont succédés sur la tribune afin de partager leurs riches expériences de terrain.

De toutes ces interventions, il ressort qu’autrefois, les mères avaient un rôle de « reproduction » et non de « production ». De nos jours, où on dit d’elles qu’elles sont « consommatrices », les données ont changé. Le fait qu’elles se soient lancées à la recherche du pain quotidien, a fait en sorte qu’elles ne puissent plus remplir leur rôle de « ministre de l’intérieur ». Et la nature ayant horreur du vide, a fait en sorte que les enfants se sentent abandonnés à eux-mêmes, d’où l’origine de toutes les dérives qu’on observe que se soit dans les familles, les établissements scolaires, les églises, les places publiques,… Nos enfants passent le temps à imiter les stars et les acteurs de cinéma, ils ont de mauvaises compagnies, ils prennent de la drogue, ils deviennent agressifs, ne respectent plus leurs parents, s’intéressent très peu à la lecture, les buvettes sont devenues leurs lieux de résidence,…

Pour les panelistes, la situation est certes alarmante, mais nous pouvons encore sauver quelques meubles en jouant convenablement notre rôle de mère.

Et comme ébauche de solutions à cette situation somme toute inquiétante, les intervenants ont indiqué ceci : Pour faire face aux nouveaux défis liés à l’éducation des enfants, les mamans doivent se ressourcer (se cultiver) en assistant à des rencontres de partage à l’instar des journées Sweet Mummy Party, les lectures, les activités de certaines ONG,  etc.

« Organiser Sweet Mummy Party sur les thématiques de la mère ne veut pas dire qu’on met les papas à l’écart. Nous sommes d’ailleurs conscients qu’il n’y a pas de mère sans père. Nous espérons que les mamans peuvent utiliser les connaissances reçues pour sensibiliser les pères et dans le meilleur des cas, les convaincre, de les accompagner pour le bonheur de toute la famille », a déclaré Madame Eléonore Makam épse Yahabang.

En prélude à la Fête des Mères qui sera célébrée le 26 mai prochain, l’Association Mother’s Love, a planifié une série de rencontres au profit des femmes et jeunes filles, afin de leur présenter le concept des Journées Sweet Mummy Party, qui n’est autre chose qu’une interface d’expressions entre mères et enfants et une occasion de manifester le plein amour aux tendres mamans lorsqu’elles peuvent encore remercier de vive voix. Et pour y prendre part, une liste a été ouverte pour les inscriptions moyennant une modique somme de 25000 fcfa, afin de permettre au vaillant comité d’organisation de mettre les petits plats dans les grands.