Cameroun : le projet du nouveau siège de l’Assemblée nationale prend corps

Cavaye Yéguié Djibril, président de l’Assemblée nationale (Pan), par ailleurs représentant du président de la République, a procédé à la pose de la première pierre du nouvel immeuble siège du Parlement, jeudi 12 décembre 2019, au quartier Ngoa-Ekellé, à Yaoundé.

Ce chantier qui est réalisé avec la Chine, pays partenaire du Cameroun, a été retardé. Car il convient de noter que le lancement dudit chantier n’a pas été rapide. On se rappelle que deux mois après la signature de l’accord de mise en œuvre du projet, les travaux n’avaient toujours pas été lancés. Etant le président du Comité de suivi et maitre d’ouvrage délégué du projet, l’Honorable Théodore Datouo avait expliqué que le problème se trouve au niveau des personnes qui devaient libérer les sites sur lesquels seront construits les nouveaux bâtiments.

Le nouvel immeuble du Parlement, dont le coût est évalué à 54,5 milliards de FCFA, est un don sans contrepartie de la République populaire de Chine au Cameroun. Ce qui justifiait donc la présence du diplomate chinois à cet évènement. L’empire du milieu compte également apporter son expertise dans la réalisation des travaux de construction du joyau architectural sur une superficie de 37 500 m2. Ces travaux sont prévus durer 42 mois.

Cette superficie va abriter un complexe, dont un hémicycle de 400 places (l’actuel sera transformé en musée), un bâtiment de 14 étages, une salle de fête de 1000 places, une caserne de pompiers et une station d’épuration des eaux, entre autres.
Pour Wang Sifa, ambassadeur de Chine au Cameroun, « la construction de ce nouveau siège de l’Assemblée nationale traduit la riche et dynamique coopération bilatérale qui lie les deux pays ». Il précise par la suite que « la Chine reste toujours prête à soutenir le développement du Cameroun ».

Pour rappel, l’Assemblée nationale du Cameroun a été ravagée par les flammes, en décembre 2017. Depuis lors, l’administration parlementaire a été répartie sur plusieurs sites dans la ville de Yaoundé. Seul reste sur le site principal, l’hémicycle et quelques bureaux.