Cameroun : le président de l’Assemblée nationale échappe à un enlèvement

Le capitaine Bouba Simala, garde du corps du président de l’Assemblée nationale du Cameroun, est en fuite depuis ce lundi. Et pour cause, il a tenté d’enlever Cayayé Yéguié Djibril, le président de l’Assemblée nationale.

Enlèvement avorté au Cameroun. Le capitane Bouba Simala a tenté d’enlever le président de l’Assemblée nationale, qui n’est autre que son patron. Depuis l’annonce de son limogeage à Yaoundé, ce mardi, l’ancien garde du corps de Cayayé Yéguié Djibril est en fuite.

Dans un arrêté du 16 juin dernier, le président de l’Assemblée nationale du Cameroun accuse son ex-garde du corps « d’actes de terrorisme, d’incitation au braquage et à l’enlèvement ». Pour l’heure, on ignore les détails de cette tentative d’enlèvement. Cayayé Yéguié Djibril a pris la décision de remettre le capitaine Bouba Simala à son administration d’origine qui est le ministère de la Défense et somme l’institution de tout mettre en œuvre afin que le capitaine réponde de ses actes.

Si sa culpabilité est avérée, il encoure la peine capitale comme le stipule la nouvelle loi anti-terroriste adoptée, en décembre 2014, au Cameroun. L’enlèvement du président de l’Assemblée nationale aurait été commandité lors d’une séance de sport par des individus qui devaient se faire passer par des agents de la Direction de surveillance du territoire. La conversation a été enregistrée par les services de renseignement et transmise à Cayayé Yéguié Djibril.

Au delà, des relations professionnelles qu’entretenaient le président de l’Assemblée nationale et son garde du corps, Bouba Simala était présenté comme étant le neveu de Cayayé Yéguié Djibril. Il travaillait à ses côtés depuis plus de vingt ans.