Cameroun : Le « Nkui », une sauce aux multiples vertus

Sauce de Nkui (ou sauce gluante)

Le Nkui est un plat traditionnel de l’ethnie Bamiléké qui est préparé spécialement à destination des femmes qui viennent d’accoucher en raison de sa valeur énergétique élevée.

Les plantes constituent une source d’antioxydants et d’antimicrobiens naturels. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la phytothérapie est le traitement par les plantes, c’est-à-dire la consommation ou l’utilisation en voie externe, de produits préparés à partir de plantes, sans passer par une étape de sélection des molécules. Actuellement les populations des pays en voie de développement y ont recours. La population Camerounaise n’est pas en reste au vue de l’immense flore dont regorge le pays. C’est ainsi que dans la région de l’Ouest est consommé un plat appelé « Nkui » fait à base de tiges de Triumfetta pentandra. C’est également le repas principal des femmes qui viennent d’accoucher. Elles doivent en consommer pendant 30 jours tout au plus et nourries par une autre personne spécialement choisie.

Il se dit du Nkui qu’il rend le sein de la maman abondant et qu’il facilite son écoulement. Ce plat est traditionnellement réputé pour ses effets sur la digestion (laxatif). Il permettrait aussi de stimuler l’appétit, de stimuler la galactorrhée, et aussi de traiter le paludisme et les coliques.

Il est préparé à l’occasion de la naissance d’un enfant et servi à la mère du fait de sa valeur énergétique élevée. Il est aussi utilisé dans l’alimentation infantile et dans celle des enfants en bas âge encore incapables d’absorber des féculents grossiers. Ce plat est servi aux parents lors de la cérémonie de Voir Bébé.

Le « Nkui » est une sauce gluante obtenue par trituration dans l’eau de l’écorce de la plante du même nom. Pendant sa préparation, le Nkui est assaisonné avec douze condiments locaux : Ngachu’u, Lepka’ah, Diepse’eh, Zehfe, l’écorce du lep, Susieu, les fruits du lep, etc.

Le « Nkui » est aussi utilisé par la médecine traditionnelle au Congo pour stabiliser la tension artérielle ainsi qu’en médecine vétérinaire au Burundi.

Préparation

Nettoyer les tiges de Nkui en les épluchant, rincer « la peau » ainsi obtenue et la faire plonger dans de l’eau chaude pendant une quinzaine de minutes. L’extraire et la pétrir avec les mains dans un récipient contenant un peu d’eau tiède afin d’obtenir un liquide bien gluant et épais, y ajouter les condiments bien écrasés, agiter énergiquement la sauce pour la rendre homogène, ajouter du sel et du piment à volonté. Il se mange servi avec le couscous de maïs ou le taro pilé.

Ce liquide gluant est extrait des écorces d’une espèce d’arbre d’environ un mètre de hauteur. De préférence, il se mange assis et avec les mains. Pas besoin d’une cuillère ou d’une fourchette, au risque de voir le contenu de son plat glisser entièrement sur le sol. Manger le Nkui n’est pas chose aisée pour tout le monde, c’est une opération très difficile pour ceux ou celles qui ne la maîtrisent pas. Eh oui! Mes chers amis, il faut de la technique et beaucoup d’habileté….

Lire ici la recette du Nkui au couscous de maïs