Cameroun : le ministre Adoum Gargoum repose désormais au cimetière de Nkolfoulou


Lecture 2 min.
Adoum Gargoum
Adoum Gargoum

Adoum Gargoum, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé du monde islamique, décédé le 8 mars 2021 à Yaoundé, a été inhumé dans la pure tradition musulmane, le 9 mars 2021, au cimetière de Nkolfoulou à 14h30, dans la banlieue de Yaoundé.

« Le Premier ministre chef du gouvernement, Son Excellence Joseph Dion Ngute, a l’immense regret d’annoncer le décès survenu, le lundi 8 mars 2021, des suites de maladie de Monsieur Adoum Gargoum, ministre Délégué auprès du ministre des relations extérieures chargé du monde islamique », lit-on dans un communiqué signé par Balungeli Confiance Ebune, le Directeur de Cabinet du Premier ministre.

Adoum Gargoum, âgé de 67 ans, homme d’Etat très charismatique, était originaire de Kousséri (département du Logone et Chari) dans la région de l’Extrême-Nord. Il était diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM). Il était hospitalisé depuis quelques jours à l’hôpital central de Yaoundé, ceci « après avoir été testé positif au Covid-19 avec son épouse », raconte une source.

Pour sa part, le président de la République, Paul Biya, a désigné le ministre directeur de Cabinet civil de la présidence de la République, Samuel Mvondo Ayolo, pour le représenter aux obsèques de Adoum Gargoum, qui aura été au même poste de ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé de la Coopération avec le monde islamique, pendant 24 ans.

D’octobre 1985 à décembre 1988, Adoum Gargoum a occupé le poste de premier adjoint de l’inspecteur provincial du travail et de la prévoyance sociale de l’Extrême-Nord, puis inspecteur provincial principal du travail et de la prévoyance sociale dans plusieurs régions du Cameroun, jusqu’en 1992. Du 14 août 1992 au 16 juin 1995, il devient secrétaire général au ministère de la Recherche scientifique et technique. Du 16 juin 1995 au 7 décembre 1997, il occupe le poste de secrétaire général au ministère de l’Administration territoriale.

Et depuis le 7 décembre 1997, il occupait le poste de ministre délégué auprès du ministère des Relations extérieures chargé des Relations avec le monde islamique.

Les populations Arabes Choa du Cameroun sont inconsolables, car, elles viennent ainsi de perdre un haut calibre de leur élite.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter