Cameroun : la prison de Yaoundé en feu après une mutinerie, celle de Buéa en révolte aussi

Les détenus de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, ont saccagé et mis le feu à une partie de la prison, les forces spéciales ont été déployées et plusieurs coups de feu ont été tirés, le quartier des femmes envahi, elles étaient dans la peur totale. Selon une source, l’ancien premier ministre Ephraim Inoni et l’ancien ministre Urbain Olanguena seraient grièvement blessés. L’ancien ministre de la défense Alain Mebe Ngo’o serait introuvable la porte de sa chambre à été cassée par certains détenus en colère…..

Plusieurs témoins racontent que cette grogne généralisée avait été initiée par quelques centaines de détenus, identifiés comme ayant été emprisonnés dans le cadre de la crise anglophone. Ils réclamaient leur libération et la cessation de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Très rapidement, ils avaient été rejoints par d’autres centaines de prisonniers qui dénonçaient eux la lenteur dans les procédures judiciaires, source de la surpopulation carcérale, prévu pour accueillir 1500 personnes, il y a plus de 6000. La situation était devenue hors de contrôle. En début de soirée du 22 juillet, un incendie a été observé dans le local administratif de la prison où avaient aussi été signalés des actes de saccage et des pillages.

Des coups de feu ainsi que l´incendie de la bibliothèque, la salle d’apprentissage de la couture et de l’informatique, la billetterie de la prison constituent la triste réalité dans ce vieux pénitencier de la capitale camerounaise.

A l’extérieur de la prison, les autorités de la ville étaient descendues sur les lieux, tandis que les forces de l’ordre avaient vite fait de quadriller le quartier et ses alentours, au point où y circuler était devenu difficile.

Au moment où nous allions sous presse, nous avons reçu l’information cela laquelle même la prison centrale de Buéa dans la région anglophone du Sud-Ouest est entrée dans la danse hier.