Cameroun : l’homosexualité reste punie par la loi

Au Cameroun, si le projet de loi portant modification du code pénal, est soumis à l’examen des parlementaires, comporte plusieurs innovations, le gouvernement maintient la sanction pénale contre l’homosexualité.

Au Cameroun, le nouveau texte n’apporte aucune innovation au sujet de l’homosexualité, qui reste toujours punie. Alors que le projet de loi portant modification du code pénal est soumis à l’examen des parlementaires. Il comporte plusieurs innovations.

Malgré les pressions internationales, le gouvernement camerounais maintient la sanction pénale contre l’homosexualité. L’article 347-1 du code pénal en vigueur stipule que l’homosexualité est punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende 20 000 à 200 000 FCFA. Elle concerne « toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ».

Le texte portant modification du Code pénal, après l’Assemblée nationale, a été soumis par le gouvernement à la Commission des lois constitutionnelles, des droits de l’Homme et des libertés, du Sénat. Laurent Esso, le ministre camerounais de la Justice, Garde des sceaux, défend bec et ongles le projet de loi. Ce qui donne plus de force à la pénalisation de l’homosexualité dans ce pays d’Afrique Centrale.