Cameroun : l’armée libère 900 otages de Boko Haram!

L’armée camerounaise a tué, en trois jours, 100 combattants de Boko Haram et libéré 900 otages, a annoncé à la radio, ce mercredi, le ministère de la Défense.

L’armée camerounaise poursuit sa traque contre le groupe terroriste nigérian Boko Haram, qui sévit dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Les troupes camerounaises ont tué, en trois jours, une centaine de combattants Boko Haram, libéré 900 otages et saisi des drapeaux de l’Etat islamique (EI) au cours d’une opération dans l’Extrême-Nord du Cameroun, a déclaré sur la radio nationale, ce mercredi 2 décembre 2015, Joseph Beti Assomo, le ministre camerounais de la Défense. Selon lui, cette opération de ratissage contre les terroristes nigérians dans les localités frontalières avec le Nigeria a permis de neutraliser plus d’une centaine de djihadistes.

L’armée camerounaise est engagée aux côté des troupes tchadiennes et nigériennes dans la lutte contre Boko Haram pour prêter main forte au Nigeria. Si Boko Haram subit régulièrement des défaites, l’insurrection armée n’a pas encore dit son dernier mot. Elle continue de semer la terreur dans l’Extrême-Nord du Cameroun et de répandre le sang. La preuve est qu’au moins quatre personnes ont été tuées, mardi soir, par un double attentat-suicide mené par le groupe terroriste nigérian à Waza.

Selon les forces de sécurité, deux kamikazes se sont fait exploser dans deux quartiers de Waza. Une information confirmée par la radio d’Etat, expliquant que les « deux kamikazes ont actionné leurs charges explosives en tuant six personnes, dont elles-mêmes ». A ce jour, Boko Haram a tué plus de 17 000 personnes et poussé plus de 2 millions d’individus à se déplacer. Le groupe terroriste mène aussi régulièrement des attaques au Niger et au Tchad, prouvant sa capacité à se battre sur plusieurs fronts.

A son arrivée au pouvoir, le Président nigérian Mohammed Buhari avait promis de débarrasser le pays de Boko Haram en trois mois. Sans succès. Le groupe terroriste continue d’ensanglanter le nord du Nigeria et n’hésite plus à s’en prendre aux pays voisins du Nigeria.