Cameroun : Inquiétant assouplissement des mesures de lutte contre le Coronavirus

Le Président du Cameroun, Paul-Biya

Pour lutter contre le Coronavirus, le gouvernement camerounais avait pris une série de mesures rigides pour empêcher la contagion de masse dans le pays. Après plusieurs semaines d’expérimentation desdites mesures, le gouvernement de Paul Biya a finalement décidé de les assouplir afin de redonner un souffle à l’économie nationale qui s’affaiblit.

Après quelques semaines d’expérimentation des mesures rigides mises en place pour limiter la propagation du Covid-19, les autorités du Cameroun ont décidé de rendre un peu plus flexibles ces mesures. Cette flexibilité concerne les secteurs du transport, de la restauration, le l’hôtellerie, des bars et autres lieux de loisir qui peuvent désormais être fonctionnels même après 18 heures.

Concernant le secteur du transport, le Président Paul Biya lève la mesure de limitation de passagers dans les bus, taxi et autres moyens de transport en commun même si la surcharge reste interdite. Les passagers et les conducteurs sont également obligés de porter les masques. Aussi, le gouvernement a-t-il décidé de l’exonération de la taxe de stationnement pour les motos et les taxis ainsi que de l’impôt libératoire et de la taxe à l’essieu. Ces mesures exonératoires sont valables au titre du deuxième trimestre de l’année et pourrait être étendue aux autres trimestres si la crise actuelle persiste.

Lire aussi Cameroun : les écoles rouvriront leurs portes le 1er juin

Les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie bénéficient quant à eux d’une exonération de la taxe de séjour pendant toute l’année 2020. Cette mesure s’applique à partir du mois de mars à décembre.

Le gouvernement a également décidé d’accompagner les entreprises et les particuliers qui traversent une période de difficulté économique à cause de l’épidémie. Ainsi, les vendeurs dans les marchés seront exonérés des taxes communales et les entreprises et particuliers de l’impôt libératoire pour le compte du deuxième trimestre de l’année.

Si les mesures économiques sont appréciées d’une façon globale, quelques inquiétudes demeurent cependant quant à l’ouverture des bars et à la levée des limitations dans le secteur du transport. Ce tweet d’un citoyen camerounais résume bien certaines inquiétudes: