Cameroun : Fête des mères : 2ème édition de la Sweet Mummy Party

« Discrimination affective, facteur de frustrations en famille et en société ». C’est le thème qui a servi de fil conducteur à la célébration de la 2ème édition de la «Sweet Mummy Party», tenue le dimanche 27 mai 2018 à l’IPD (Institut Panafricain pour le Développement).

La « Sweet mummy party », selon sa promotrice Eléonore Makam, est une « interface d’expressions entre mères et enfants et une occasion de manifester le plein amour aux tendres mamans lorsqu’elles peuvent encore remercier de vive voix ».

C’est un concept né de deux constats. D’abord, notre société qui connaît des dérives aujourd’hui à cause des crises dans les familles. Tous les manquements que les enfants subissent en famille se répercutent dans leur vie future. La mère étant au centre de la famille, on estime qu’elle a une part de responsabilité dans les maux qui minent notre société actuellement. Ensuite, lors du décès des mères, les enfants leur offrent des linceuls de luxe, les cercueils hors de prix, les gerbes de fleurs les plus grosses avec des mots les plus tendres.
Cette célébration à laquelle plus d’une vingtaine de mamans avait pris part, était ponctuée par des intermèdes musicaux, des sketches, des ballets, des danses, des remises de cadeaux et d’un échange autour des questionnaires suivants :

  Peut-on aimer tous ses enfants de la même façon ?

  Est-ce que les filles sont plus discriminées que les garçons ?

Pour le Dr Yvette Balana, enseignante à l’Université de Douala et par ailleurs principal intervenant à cette conférence, « le ventre d’une femme est la route par laquelle toutes les voitures passent. La discrimination est un fait naturel humain et existe dans toutes les familles. Mais on peut construire avec chaque enfant une relation particulière, et cela dépend de l’amour dont l’enfant rend à sa maman qui l’a porté. Ne jamais montrer son penchant aux enfants. Efforçons-nous d’entourer tous nos enfants de la même chaleur maternelle. Etre mère, c’est un métier difficile. Il n’y a pas de mères parfaites, mais juste des mères ».

Des interventions de toutes les mamans présentes à cette cérémonie qui avait coïncidé avec la Fête des Mères, il ressort que la maternité peut être l’une des expériences les plus enrichissantes dans la vie d’une femme mais ce peut-être aussi la plus difficile. Chaque jour, les femmes à travers le monde surmontent des conditions extrêmes pour mettre leurs enfants au monde et leur offrir un cadre de vie où ils peuvent s’épanouir et grandir. Aucune maman digne de ce nom ne se réjouirait de voir un fruit issu de ses entrailles en péril.

Il est important de rappeler que la fête des Mères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des mères dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des surprises parties, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère.

La date de la fête des Mères varie d’un pays à l’autre, mais la majorité d’entre eux a choisi de la célébrer en mai.