Cameroun : Enoh Meyomesse en passe de devenir aveugle

L’écrivain incarcéré à la prison de Yaoundé pour tentative de coup d’Etat et vol aggravé perd progressivement la vue faute de soins appropriés et de lunettes. Une situation qui met en exergue la triste réalité du milieu carcéral camerounais.

(De notre correspondant)

Les conséquences des jours passés dans les cellules de la légion de gendarmerie de Bertoua par Enoh Meyomesse, écrivain camerounais arrêté et écroué pour tentative de coups d’Etat et vol aggravé se font sentir. « J’ai été privé de lumière pendant trente jours entiers. Et lors de mon transfert à la prison de Yaoundé, je me suis aperçu après que mes deux maladies (myopie et presbytie) se sont considérablement aggravées. Je suis encore plus myope qu’auparavant, et encore plus presbyte. Pis encore, la lumière solaire m’est devenue insupportable à certaines heures », déplore-t-il.

Cet écrivain détenu depuis le mois de décembre à la prison de Yaoundé après plus d’un mois passé dans des cellules de la brigade de légion de Bertoua larmoie longuement le matin et soutient que la paire de lunettes qu’il porte actuellement ne lui convient plus du tout. « Il me faudrait m’en procurer une autre, naturellement après une sérieuse consultation par un ophtalmologue, et je pense qu’il me faudrait subir un autre traitement que celui qui consiste à ne porter que des verres correcteurs, par ce que, par moment, j’ai l’impression, de manière furtive, de me retrouver dans le noir », fait remarquer Enoh Meyomesse.

Difficiles conditions de détention

La dégradation de la vue de cet écrivain est consécutive aux conditions de détention dans les prisons camerounaises. Les règles minima pour le traitement des détenus adoptées par les Nations-unies recommandent que les détenus malades soient pris en charge en prison par l’administration pénitentiaire. « Pour les malades qui ont besoin de soins spéciaux, il faut prévoir le transfert vers des établissements pénitentiaires spécialisés ou vers des hôpitaux civils », précise le document des Nations-unies. Un véritable leurre au Cameroun où de nombreux détenus ne sont transportés dans les hôpitaux qu’à l’article de la mort.

Enoh Meyomesse souffre des problèmes de vue depuis plus de quarante ans, l’homme ne quittait jamais ses lunettes qu’il changeait souvent après des consultations chez des ophtalmologues. A l’en croire, il en a rencontré un quelques temps seulement avant son arrestation et depuis qu’il est incarcéré, l’opportunité ne lui a plus été donnée de rentrer chez lui où se trouve encore son ordonnance. Originaire de la même région que le président de la République Paul Biya dont il dénonce la politique, cet écrivain et par ailleurs président du parti politique Parena est accusé de tentative de coups d’Etat et de vol aggravé.

Lire aussi :

 Cameroun : la circulation de motos réglementée à Douala

 Les trois meurtriers du bébé de la République

 Cameroun : les fausses offres d’emplois pour le PNUD font des victimes