Cameroun : Douala sans préfet

Le département du Wouri dont Douala est le chef-lieu n’a plus de préfet depuis sept mois. Le dernier en date ayant été nommé gouverneur sans que lui soit prévu un remplacement, ce qui charrie de nombreuses tracasseries.

(De notre correspondant)

Les résidents du département du Wouri dont Douala est le chef-lieu doivent désormais changer de département pour faire signer certaines pièces officielles. « J’ai dû me rendre à Edéa dans le département de la Sanaga maritime pour signer mes différentes pièces après plusieurs tentatives sans succès à Douala dû à l’absence du préfet », se souvient Baudoin. Candidat au concours d’entrée à l’école des infirmiers, il avait passé trois jours dans les locaux de la préfecture en attente de la signature du préfet avant d’être conseillé de se déplacer dans le département voisin pour être servi.

Passer déposer les dossiers de légalisation d’une association à la préfecture, Calvin Banda a été conseillé par un fonctionnaire en service dans ce bureau d’aller le faire à Nkongsamba ou Edéa, chef-lieux des départements voisins de Douala. « La dame m’a dit que normalement, une fois le dossier déposé, on a le récépissé signé du préfet après un mois, mais en l’absence du préfet depuis sept mois, de nombreux dossiers attendent leurs signatures », explique Calvin.

Préfet absent, service public perturbé

Le département du Wouri dont Douala est la capitale est sans préfet depuis sept mois. Bernard Okalia Bilai, qui officiait à ce poste a été nommé gouverneur de la région du Sud-Ouest. Il n’a toujours pas été remplacé et continue de cumuler les deux fonctions sans résider dans la même ville et encore moins dans la même région. Le préfet est au regard de la loi, la seule autorité habileté à délivrer des récépissés de déclaration d’association dans un département. Il en est de même de plusieurs autres pièces officielles. Il assure également la tutelle des communes et veille au respect de leurs cahiers des charges.

A la préfecture de Douala, les dossiers jugés plus importants sont souvent transportés à Buéa où réside le préfet pour signature. Les moins importants, selon le personnel de cette préfecture doivent attendre la nomination d’un nouveau préfet. Capitale économique et ville la plus peuplée du pays, l’absence du préfet pénalise ainsi de nombreuses personnes et plombent de nombreuses activités. En attendant le jour où le président Paul Biya voudra bien ordonner à son ministre de l’Administration territoriale de doter le département d’un nouveau préfet.