Cameroun : «Développons des stratégies pour le bien-être de l’homme»

Monsieur Alain Gaston Tagakou KENGNE, Coordonnateur du Groupe BERAMI, vient de mettre sur pied deux nouveaux concepts pour le «Réveil de l’Afrique». Afrik.com s’est accroché à ses lèvres afin d’avoir plus d’éclaircissement sur leurs apports au vécu quotidien des populations.

Afrik.com : Qui est Monsieur Alain Gaston Tagakou KENGNE?

Alain Tagakou :
Je suis Ingénieur en génie civil, expert en développement des organisations et chercheur en développement durable et Coordonnateur du Groupe BERAMI.

Afrik.com : En date du 21 Septembre dernier, vous avez convié les hommes et femmes de médias à une conférence de presse dans la salle de l’Enfance Joyeuse du Cameroun dont le thème était : « Le réveil de l’Afrique ». Lors de votre intervention, il est ressorti deux concepts : « Le système cash » et « l’événement électronique ». Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de ces nouveaux concepts ?

Alain Tagakou :
Le réveil de Afrique, entre autres multitudes recherches que nous avons fait au cabinet à ce jour, le réveil de Afrique est l’un des plus poignants. Nous nous sommes rendus compte que l’Afrique souffre de deux maux : le système de management des hommes et des biens et la population.

 Le système de management : le monde aujourd’hui est géré par trois systèmes j’allais dire trois idéologies : capitalisme, socialisme et le communisme. L’Afrique ne se retrouve pas dans ces trois systèmes et nous avons conçu un système pour l’Afrique baptisé le «système cash». C’est un système qui s’inspire de l’influence éducative du coordonnateur pour conclure, il est socio-capitaliste.

Le «système cash» a pour idéologie le travail, car c’est propre et fort de l’Afrique, car la déportation des africains vers les Amériques, l’esclavage s’est fait parce que les explorateurs avaient découvert sur les côtes africaines des singes robustes, costaux qui cultivaient la terre ainsi donc ils ont été déportés vers les Amériques où la main d’œuvre cultivatrice était nécessaire en ce temps. Ceci dit, nous croyons que si le rapport de force au conseil des Nations était basé sur le travail, l’Afrique occuperait la première place. Ceci étant, nous voulons à travers le «système cash» donner le pouvoir au travail et non aux hommes. Il est question dont de fixer la valeur des unités de productions dans tous les domaines de la vie sociale et celui qui pourra, gagnera la juste valeur de ce qu’il mérite, car ces unités de production seront répertoriées dans une mercuriale de travail qui devra organiser la société nouvelle. Nous construirons par-là une société juste et vraie où il n’y aura pas de plaidoirie, pas de juge, sauf le travail et la vérité.

 L’évènement électronique : plusieurs systèmes sont développés dans notre cabinet pour réveiller l’Afrique comme l’Afrique est essentiellement fêtes, mariages, naissances, anniversaires, décès, neuvaine, funérailles,… Nous avons pensé à un mécanisme pouvant réduire le coût de ces événements et nous l’avons baptisé «événement électronique». C’est un mécanisme qui permet de rendre vivant et actif tout événement inscrit au cabinet événementiel à travers les NTIC, SMS, MAIL, TWITTER, … Par ailleurs, ce concept permet de soulager les personnes sollicitant organiser un événement, car nous prenons sur nous l’organisation de son événement en terme de décoration, gastronomie, sécurité, logistiques, sonorisation et justement l’animation électronique qui fonctionne comme suit :

Nous déchargeons le répertoire des concernés que nous animerons durant toute la période de l’événement, l’information sur l’événement, jeux-concours, blague, invitation électronique.. .Ici, il s’agit de créer une ambiance dans l’être des invités, les concernés qui les pousse à faire et à vouloir participer à l’événement, car on leur informera au fur et à mesure sur l’avancée de l’événement auquel ils sont conviés. Les sujets d’échanges seront lancés de temps en temps pour prendre les points de vue de ses invités.

Afrik.com : Que peuvent-ils apporter dans notre vécu quotidien ?

Alain Tagakou :
Les systèmes et les mécanismes ainsi développés y compris ceux non évoqués à savoir : CAMDIAS, DÉCROCHER UNE ÉTOILE, BATEAU DE CROISIÈRE, SOIRÉE DES CÉLIBATAIRES, HABITAT POUR TOUS, sont tous pour le bien-être de l’être, social et permettront à tous les habitants de la cité à mieux vivre, à bien être et c’est l’objectif visé par le développement durable.

Afrik.com : En quoi le «système cash» diffère-t-il des systèmes capitaliste, socialiste, communiste, … ?

Alain Tagakou :
Le système cash étant un système socio-capitaliste, il s’inspire des manquements trouvés dans ces différents systèmes et se promet de mieux faire qu’eux; le patronat devant disparaître dans le système cash, les tribunaux et les plaidoiries devant disparaître également, l’enfant devant appartenir à la société et non à ses parents biologiques. Il veillera à ce que les revenus soient repartis des efforts fournis.

Afrik.com : Selon vous, quelles sont les actions qui peuvent faire en sorte que l’Afrique sorte de son profond sommeil ?

Alain Tagakou :
S’agissant des actions pouvant permettre à l’Afrique de sortir de son long sommeil, l’unicité de l’Afrique est une condition importante mais pas ciné-qua-none; nous croyons qu’en reconstituant l’Afrique traditionnelle par le mécanisme du cash, l’Afrique pourra récupérer sa place au conseil des Nations et sortir de sa léthargie.

En restituant le droit au travail et non aux hommes, «l’africain singe» baraqué et travailleur, retrouvera sa place qui est une place d’honneur au conseil des nations. L’unicité est l’idéal mais il faudra que les valeurs soient données à l’unité de production et qu’elles soient réelles, ainsi, l’Afrique sera championne.
Nous avons pensé à un embargo volontaire de l’Afrique sur elle-même, mais ça s’avérera difficile compte tenu de l’évolution du monde «la mondialisation».

Nous lançons ainsi un vibrant appel aux opérateurs économiques africains. Ils pourront venir dans notre cabinet chercher des concepts nouveaux qu’ils pourront implémenter sur l’Afrique pour son réveil.